• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation et santé

Passé un certain âge, forcer un enfant à diversifier son alimentation ne sert à rien

Selon plusieurs études, forcer les enfants à manger des aliments qu’ils n’aiment pas ne les aide pas à diversifier leur régime alimentaire. Au contraire, cela pourrait avoir des répercussions sur leur manière de s’alimenter une fois adulte. 

Passé un certain âge, forcer un enfant à diversifier son alimentation ne sert à rien DmitriiSimakov/iStock

  • Publié le 03.06.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Pour aider les enfants à avoir une alimentation diversifiée, il faut les encourager dans ce sens jusqu'à l'âge préscolaire.
  • Forcer un enfant à manger des aliments qu'il n'aime pas aurait des répercussions sur son alimentation une fois adulte.

Apprendre à diversifier son alimentation, ce n’est pas inné. La prochaine fois que votre enfant refuse de manger des légumes qu'il n'aime pas, évitez de le forcer, car cela pourrait le rendre plus réticent à en consommer, une habitude qu'il pourrait conserver plus tard. Une nouvelle étude publiée dans la revue Pediatrics et menée par les chercheurs de l'hôpital pour enfants S. Mott révèle qu'à l'âge de quatre ans, il est possible de savoir si l'enfant deviendra capricieux ou non avec la nourriture. 

Selon Megan Pesch, autrice principale de l’étude et pédiatre spécialiste du développement et du comportement au C.S. Mott Children's Hospital, “les enfants sont souvent difficiles à l'école et les parents entendent souvent dire que leurs enfants finiront par s'en sortir, mais ce n'est pas toujours le cas.” 

Forcer un enfant à manger ne sert à rien

Bien que l'on pense que les enfants “difficiles” avec la nourriture ont un indice de masse corporelle plus faible, l'étude suggère que la plupart des enfants culinairement capricieux se situent dans une fourchette saine et ne sont pas en sous-poids, et qu'ils sont moins susceptibles de souffrir de surpoids ou d'obésité que leurs pairs.

Nous souhaitons que les parents valorisent des régimes alimentaires variés dès le plus jeune âge, cependant, notre étude suggère qu'ils peuvent adopter une approche moins contrôlée”, déclare Megan Pesch, ajoutant que “nous avons besoin de plus de recherches pour mieux comprendre comment les choix alimentaires limités des enfants ont une incidence sur la prise de poids saine et la croissance à long terme.”

Afin de mener l'étude, les chercheurs ont suivi les habitudes alimentaires, les comportements et attitudes des mères concernant l'alimentation de 317 couples mère-enfant issus de foyers à faibles revenus sur une période de quatre ans. Les données ont été recueillies auprès des familles lorsque les enfants avaient quatre, cinq, six, huit et neuf ans.

L’équipe a constaté que les enfants difficiles avec la nourriture commençaient à montrer des signes de refus de manger ce qu'ils n'aimaient pas dès l'âge préscolaire. Selon les chercheurs, ce trait de comportement suggère que les parents qui souhaitent élargir les préférences alimentaires de leurs enfants devraient le faire dès la petite enfance ou la période préscolaire, car cela s’avère plus efficace. 

Des réticences à diversifier son alimentation

Bien que l'étude ait établi un lien entre une alimentation peu variée et un IMC faible d’une part et une alimentation diversifiée avec un IMC élevé d’autre part, elle suggère globalement que cette alimentation restreinte ne peut être associée à une mauvaise santé.

De nombreux consommateurs à l’alimentation restreinte ont révélé qu'ils devaient faire face à une pression accrue pour manger et à des restrictions sur certains types d'aliments, ce qui ajoute encore du crédit à une étude précédente qui suggérait que le fait de forcer les enfants à manger des aliments qu'ils n'aiment pas ne pouvait pas conduire à un régime alimentaire équilibré plus tard dans la vie.  

Les chercheurs ont également constaté que certaines caractéristiques telles que le sexe, l'ordre de naissance et le statut socio-économique des parents, étaient également associées à résistance à diversifier leur alimentation.

Nous avons découvert que les enfants rechignant à varier leurs alimentations avaient des mères qui signalaient une plus grande restriction d'aliments malsains et de sucreries, indique Megan Pesch. Ces mères d'enfants difficiles peuvent essayer de déterminer les préférences de leurs enfants pour des régimes plus appétissants et plus sélectifs afin d'être plus sains. Mais cela n'a pas toujours l'effet désiré.”

Des études complémentaires sont nécessaires afin de déterminer s'il existe des liens entre l’intervention des parents en matière d'alimentation et les caprices culinaires des enfants. Enfin, l'étude n'a pas pu établir si des niveaux plus élevés de contrôle des comportements alimentaires pouvaient rendre les enfants encore plus sélectifs lorsqu'ils grandissent. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité