• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Troubles mentaux

La dépression, facteur aggravant des maladies cardiovasculaires ?

Les symptômes dépressifs peuvent-ils entraîner un dysfonctionnement cardiaque et engendrer des maladies cardiovasculaires ? C’est ce qu’affirme une étude canadienne, qui a constaté que la dépression était associée à un risque mortalité précoce et de maladie cardiovasculaire.

La dépression, facteur aggravant des maladies cardiovasculaires ? sam thomas/iStock

  • Publié le 12.07.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une vaste étude menée dans 21 pays conclut que les adultes présentant au moins 4 symptômes dépressifs ont 14% de risque supplémentaire de souffrir d'une maladie cardiovasculaire.
  • Ces résultats restent les mêmes, quel que soit le niveau de ressources économiques du pays.
  • Ces résultats restent les mêmes, quel que soit le niveau de ressources économiques du pays. Les risques sont d'ailleurs deux fois plus élevés pour les hommes et les personnes vivants en zone urbaine.
  • Selon les auteurs de l'étude, les gouvernements devraient intégrer ces données dans leurs politiques de santé publique, d'autant plus que les experts prévoient une augmentation du nombre de personnes souffrant de maladies mentales à la suite de la pandémie de Covid-19 et des périodes de confinement.

Touchant plus de 300 millions de personnes dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dépression est une maladie mentale qui, selon de nouveaux travaux publiés dans JAMA Psychiatry, pourrait être impliquée dans le déclenchement des maladies cardiovasculaires.

Menés par des chercheurs de l’université Simon-Fraser (Canada), ils sont basés sur une vaste cohorte représentative de la population. “Notre question initiale était de savoir si des recherches antérieures identifiant des modèles d'associations similaires dans la plupart des pays occidentaux pouvaient être généralisées à d'autres parties du monde, explique dans un communiqué le professeur Scott Lear, auteur principal de l’étude. Nos résultats suggèrent qu'ils le peuvent, et nous avons obtenu des résultats similaires dans les pays à tous les niveaux économiques.”

Un risque accru de 14%

L'étude mondiale a suivi 145 862 participants âgés de 35 à 70 ans provenant de 21 pays. Parmi eux, 11% ont signalé au moins quatre symptômes dépressifs au départ. Après analyse des résultats, les chercheurs ont constaté que toutes causes confondues, ils présentaient un risque accru de mortalité de 17% et un risque accru de maladie cardiovasculaire de 14% chez les personnes présentant quatre symptômes dépressifs ou plus.

Les risques étaient par ailleurs deux fois plus élevés dans les zones urbaines, où la majorité de la population mondiale vivra d'ici 2050. Enfin, bien que les symptômes dépressifs soient moins fréquents chez les hommes, les associations entre la dépression, la mort et les maladies cardiovasculaires étaient deux fois plus fortes chez les hommes que chez les femmes.

Pour une approche globale de lutte contre les maladies mentales

D’après les auteurs de l’étude, ces données suggèrent que les symptômes dépressifs devraient être considérés comme aussi importants que les facteurs de risque traditionnels tels que le tabagisme, l'hypertension artérielle et l'hypercholestérolémie pour prévenir les maladies cardiaques et les décès précoces.

Si les gouvernements veulent atteindre les objectifs de développement durable liés à la santé, en particulier dans les milieux pauvres en ressources, ils devraient se sensibiliser aux risques pour la santé physique associés à la dépression et donner la priorité à une approche intégrée et globale de la lutte contre les maladies non transmissibles et les troubles mentaux, écrivent les chercheurs. Parallèlement, des politiques publiques plus larges devraient promouvoir le bien-être mental et des comportements sains dans le cadre d'une stratégie globale de lutte contre les maladies non transmissibles.”

Selon les auteurs de l’étude, ces résultats arrivent à point nommé, car les experts prévoient une augmentation du nombre de personnes souffrant de problèmes de santé mentale en raison de la pandémie de Covid-19.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité