• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Vie quotidienne

Quelles sont les alternatives au gel hydroalcoolique durant l'été?

Avec les beaux-jours et l'état de vigilance sanitaire, beaucoup de vacanciers auront le réflexe d'emmener avec eux leur gel hydroalcoolique. Pourtant, c'est une fausse bonne idée.

Quelles sont les alternatives au gel hydroalcoolique durant l'été? anyaivanova/iStock

  • Publié le 16.07.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Vous pensez emmener votre gel hydroalcoolique en vacances avec vous ? C'est fortement déconseiller, bien que la Covid-19 circule toujours en France et que les vacanciers sont toujours invités à se laver régulièrement les mains pour freiner sa propagation. Certains dermatologues estiment que la déshydratation de la peau, due à l'usage de l'alcool présent dans le gel, couplé aux rayons UV d'une exposition au soleil peuvent endommager l'épiderme.

Un danger accru par un certain additif parfois contenu dans certains gels hydroalcooliques. “Il est composé d’environ 70 % d’alcool et beaucoup de flacons contiennent également des parfums de synthèse ou des huiles essentielles, qui ont un effet photosensibilisant : si on expose ses mains badigeonnées de solution hydroalcoolique parfumée  à la plage, on alors risque ce que l’on appelle une dermite en breloque, une brûlure caractéristique causée par la réaction de ces substances sur la peau avec le soleil, explique à 20 Minutes la docteure Catherine Oliverès-Ghouti, dermatologue et membre du Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV). En clair, on développe dans un premier temps une brûlure, la peau est rouge et irritée, puis la tache prend une pigmentation marron qui peut durer des années.”

Substituer le gel par d'autres produits

Malgré ce défaut, l'alcool un excellent virucide s'il compose plus de 60% du produit utilisé. “[Il] attaque et détruit la protéine d’enveloppe présente à la surface de certains virus, dont les coronavirus. Cette protéine est vitale pour la survie et la multiplication desdits virus" atteste le docteur Manal Mohammed, professeure en microbiologie à l'université de Westminster (Royaume-Uni) dans les colonnes de The Conversation. Or, il existe des substituts à ce composant. “L’alcool est remplacé par des composés chimiques appelés ammoniums quaternaires (généralement du chlorure de benzalkonium). Ceux-ci peuvent réduire la quantité de microbes, mais sont moins efficaces que l’alcool", affirme-t-elle.

Reste alors la solution de loin la plus efficace contre la propagation du virus : se laver les mains au savon et à l'eau chaude. Une friction de 20 secondes minimum permet également d'évacuer les milieux protégeant potentiellement le coronavirus. “[Après éternuement dans vos mains, elles] peuvent alors être souillées par du mucus, or celui-ci protège les microbes et pourrait limiter l’effet du désinfectant”, rappelle le docteur Mohammed. Pour les accros au nomadisme, la dermatologue Catherine Oliverès-Ghouti a sa solution : “A la plage, il suffit d’emporter avec soi un petit flacon contenant du savon liquide pour les mains, celui qu’on utilise en rentrant du travail ou en sortant des toilettes, et on va se les laver à l’eau claire aux bornes d’eau que l’on trouve sur toutes les plages.” Cependant, la meilleure protection reste d'éviter les contacts, car même durant l'été, les gestes barrière ne doivent pas prendre de vacances.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité