• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sommeil paradoxal

Ne pas rêver peut être annonciateur de mort précoce

Une étude révèle l’importance du sommeil paradoxal et suggère que les personnes qui en ont peu auraient un risque de mortalité accru.

Ne pas rêver peut être annonciateur de mort précoce Tero Vesalainen/iStock

  • Publié le 11.07.2020 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Chaque perte de sommeil paradoxal de 5% est associé à un risque accru de mortalité de 13%.
  • Les stratégies pour préserver le sommeil paradoxal peuvent influencer les thérapies cliniques et réduire le risque de mortalité.

Les rêves sont essentiels. Pendant le confinement, ils ont joué un rôle de régulateur émotionnel, nous permettant de mieux vivre ce moment particulier. Une étude menée par des chercheurs de l’université de Stanford révèle que les personnes qui ont peu de phase de sommeil paradoxal, soit le moment où se déroulent les rêves et les cauchemars, ont un risque accru de mort précoce. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue JAMA Neurology.

Le sommeil paradoxal pour prédire la mortalité

Les chercheurs ont tenté de savoir dans le détail quelles phases du sommeil peuvent entraîner des risques pour notre santé si elles ne sont pas respectées. “Des études antérieures nous ont appris que la durée du sommeil est associée à la mortalité, mais on savait peu de choses sur la façon dont les différents stades du sommeil sont liés au moment ou à la cause du décès”, a rapporté Eileen B. Leary, autrice principale de l’étude. Pour cela, ils ont suivi 2 675 volontaires, intégrés dans une expérience sur les troubles du sommeil entre 2003 et 2016, et observé leurs cycles de sommeil, à la maison puis sous surveillance scientifique. Ils ont également examiné les dossiers de 1 375 participants à une étude sur les effets des troubles du sommeil sur la santé.

L’étude des participants a montré que le sommeil paradoxal est la phase de sommeil qui est la plus associée à un risque pour la santé si elle n’est pas bien respectée. “Le sommeil paradoxal a été identifié comme le stade de sommeil le plus important pour prédire la mortalité toutes causes confondues”, a conclu la chercheuse. Le premier panel de volontaires a présenté un taux de mortalité supérieur de 13% sur une douzaine d’années pour chaque perte de sommeil paradoxal de 5%. Des résultats similaires ont été observés pour les participants de la seconde étude.

Influencer les thérapies cliniques

Ces résultats conduisent à regarder de plus près le sommeil paradoxal pour améliorer notre santé. “Le sommeil paradoxal semble être un prédicteur fiable de la mortalité et peut avoir d'autres valeurs de santé prédictives, avance Eileen B. Leary. Les stratégies pour préserver le sommeil paradoxal peuvent influencer les thérapies cliniques et réduire le risque de mortalité, en particulier pour les adultes avec peu de sommeil paradoxal. Cependant, davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre la relation.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité