• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Le gène BACE2

Des scientifiques ont découvert le gène protecteur d'Alzheimer

Un gène pouvant supprimer naturellement les signes d'Alzheimer dans les cellules du cerveau a été trouvé. Cette découverte a conduit les chercheurs à développer un nouveau système de dépistage rapide des médicaments pour les traitements qui pourraient retarder ou prévenir la maladie.

Des scientifiques ont découvert le gène protecteur d'Alzheimer kirstypargeter/iStock

  • Publié le 12.07.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La transformation de cellules ciliées en cellules cérébrales a permis de faire apparaître des marqueurs de la maladie d'Alzheimer.
  • En six semaines, les chercheurs sont capables de tester l'efficacité d'un médicament sur ces cellules et donc sur Alzheimer.
  • Les chercheurs ont découvert le gène BACE2 qui est un suppresseur naturel d'Alzheimer pouvant servir de biomarqueur pour déterminer le risque de développer la maladie.

Le principal défi dans le test des médicaments contre Alzheimer dans les essais cliniques, c'est la nécessité pour les patients d'avoir des symptômes. Or, une fois qu'ils apparaissent, il est généralement trop tard pour que les traitements aient un effet significatif car de nombreuses cellules cérébrales sont déjà mortes. La découverte d'un gène qui peut supprimer naturellement les signes d'Alzheimer dans les cellules du cerveau humain permet d'imaginer un nouveau système de dépistage rapide des médicaments pour les traitements qui pourraient potentiellement retarder ou prévenir la maladie. Les résultats de cette étude réalisée par les chercheurs britanniques de l'université Queen Mary de Londres ont été publiés dans la revue Molecular Psychiatry.

Les trois signes de la maladie

Actuellement, la seule manière de tester les traitements préventifs contre Alzheimer consiste à identifier les participants les plus à risque de développer la maladie puis d'étudier si les traitements empêchent effectivement l'apparition de leur maladie. Cela inclut les personnes atteintes du syndrome de Down (DS) qui ont environ 70% de chances de développer Alzheimer au cours de leur vie. Le chromosome 21 supplémentaire qu'ils portent comprend le gène de la protéine précurseur amyloïde qui provoque le développement précoce de cette maladie en cas de surdosage ou de mutation. 

Les chercheurs ont collecté des cellules ciliées chez des personnes atteintes du syndrome de Down et les ont reprogrammées pour devenir des cellules souches avant d'être transformées en cellules cérébrales. Dans ces cellules cérébrales, les chercheurs ont observé une pathologie semblable à celle d'Alzheimer qui se développe rapidement. Celle-ci comprend les trois signes classiques de la maladie: des lésions de type plaque amyloïde, une mort neuronale progressive et des accumulations anormales d'une protéine appelée tau à l'intérieur des neurones. “Il s'agit du premier système à base de cellules qui possède le trio complet de pathologies d'Alzheimer, sans surexpression artificielle de gènes, se réjouit le professeur Dean Nizetic, auteur principal de l’étude. Ce système ouvre la perspective d'un dépistage de nouveaux médicaments visant à retarder voire prévenir Alzheimer avant le début de la mort neuronale.” 

Un gène suppresseur d’Alzheimer

Ce système peut être utilisé pour dépister précocement les médicaments préventifs. Les chercheurs ont sélectionné deux médicaments différents, connus pour inhiber la production de β-amyloïde, les ont testés sur ces cellules cérébrales et, en six semaines, ont montré qu'ils empêchent l'apparition de la pathologie d'Alzheimer. “Je pense que nous avons maintenant le potentiel pour développer un nouveau modèle humain de la maladie qui serait un grand pas en avant”, s’est félicité John Hardy, coauteur de l’étude. Si ces médicaments ne sont pas apparus comme des médicaments appropriés pour traiter cette maladie, les chercheurs sont parvenus à montrer que le système peut être utilisé sur n'importe quel composé médicamenteux et donner une réponse en six semaines sur la nécessité ou non de poursuivre le traitement.

L'équipe de chercheurs a également trouvé la preuve de l'existence d'un gène suppresseur d'Alzheimer fonctionnant naturellement, le gène BACE2. Agissant de manière similaire aux gènes suppresseurs de tumeurs dans le cancer, l'activité accrue de ce gène contribue au ralentissement d'Alzheimer dans le tissu cérébral et peut à l'avenir être utilisée comme biomarqueur pour déterminer le risque de développer la maladie. Il pourrait également servir de nouvelle approche thérapeutique en boostant son action. “Bien qu'il ne s'agisse que de balbutiements, le système soulève une possibilité théorique de développement ultérieur en tant qu'outil pour prédire qui pourrait développer Alzheimer, avance Dean Nizetic. L'idée serait d'attraper les personnes à plus haut risque de maladie précoce dans un système cellulaire, avant que la maladie se propage dans le cerveau, et de permettre de développer des méthodes de prévention individualisées.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité