• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

La santé en vacances

“Les vacances sont le moment où l'on peut expérimenter une vie sans névroses”

Se forcer à faire ce dont on n'a pas profondément envie : une problématique commune à tous, qui constitue le principe même des névroses, selon le psychothérapeute Benjamin Lubszynski. Pour lui, les vacances constituent la période idéale pour se détacher de sa vie quotidienne et tendre vers ses envies inconscientes. Entretien.

“Les vacances sont le moment où l'on peut expérimenter une vie sans névroses” Viktor_Gladkov/iStock

  • Publié le 04.08.2020 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Conflits intérieurs qui nous accompagnent au quotidien, les névroses nous suivent également en vacances. S'il s'agit d'une période trop courte pour réaliser un travail sur soi approfondi, les congés sont l'occasion de s'offrir un temps de pause pour poser un regard extérieur sur ses envies. Benjamin Lubszynski, psychothérapeute et auteur du livre Bien dormir, ça s'apprend !, nous donne les clés pour profiter des vacances d'été pour réduire sa charge névrotique.

Comment pourrait-on définir les névroses ?

On parle de ‘névroses' dès qu'il y a un conflit entre une envie et notre manière de penser et d'agir : ce terme peut s'appliquer à énormément de choses. Concrètement, cela se manifeste par l'idée : “J'aimerais, mais je ne fais pas'. Dans la psychanalyse, on considère que le surmoi prend trop de place par rapport au moi ou au soi : l'obligation et la morale dirigent plus que l'envie.

Collectivement, la névrose a plus que vraisemblablement augmenté. Je pense que notre mode de vie, dans lequel nous sommes sédentaires et où le stress est prédominant, joue beaucoup ; les vacances sont un moyen de poser un regard extérieur. 

Pourquoi profiter des vacances pour poser un regard extérieur sur ses névroses ?

Comme le principe des névroses est de se forcer à faire ce dont on n'a pas profondément envie, les vacances sont un territoire où l'envie peut, si on lui donne du temps, se révéler. Cela peut être l'occasion d'avoir un moment pour souffler vis-à-vis de ses névroses et laisser sortir nos envies inconscientes pour se diriger de plus en plus vers elles.

On a une boussole : le nord est indiqué par ce qui nous fait plaisir, et le sud par ce qui nous fait du mal, crée de la tension, ainsi que du stress. Il faut faire le bilan pour savoir dans quelle direction aller. Comme on est beaucoup moins pris par nos habitudes en vacances et que nos vies sont moins codifiées et cernés par les exigences que l'on se donne et que les autres nous donnent, il est plus facile d'éviter tout ce que l'on déteste. Les vacances sont le moment où l'on peut expérimenter ce que pourrait donner une vie sans névroses.

Pourrait-on aller jusqu'à régler ses conflits intérieurs en vacances ?

Je ne pense pas qu'elles durent assez longtemps pour faire un travail sur soi poussé, mais c'est l'occasion de tester et d'adopter un nouveau rythme, à tous les niveaux. Chacun a un besoin incompressible de décompression : en premier lieu, il faut un sas car on ne peut rien faire de bon les tous premiers jours de vacances. Il vaut mieux l'accepter et se donner du temps pour se déculpabiliser, prendre un rythme de sommeil sain et arrêter de penser au travail.

Pour moi, l'important est d'avoir un droit à la récupération sous toutes ses formes : la sieste, le repos, la lecture… Diminuer sa charge névrotique passe par se donner moins d'exigences, se poser moins de contraintes et se centrer davantage sur l'instant présent, les plaisirs et les choses agréables. Il ne faut pas passer d'une obligation à une autre : de celle de la vie professionnelle à celle du travail sur soi. 

Comment entamer un travail sur soi en vacances ?  

Une fois que le temps de décompression, très variable d'une personne à l'autre, est passé, les vacances peuvent être une forme de ressourcement très intéressante. Pour cela, il est primordial de choisir un séjour qui nous correspond. Sur place, il faut d'abord se donner une obligation de déconnexion. Cela passe par ne pas regarder ses mails professionnels ; on peut, par exemple, programmer à l'avance une réponse automatique avec ses dates de congés.

Ensuite, certaines choses se font assez naturellement mais il est possible de les améliorer : on peut s'accorder du temps pour dormir plus longtemps et manger mieux. En somme, développer une véritable hygiène de vie, un équilibre. Le retour à la lecture peut aussi s'avérer d'une grande aide. Malheureusement, on lit de moins au moins au quotidien, alors que les vacances sont souvent le moment où l'on s'offre ce plaisir. Pendant cette période, la lecture fait partie d'un nouveau rythme de vie très favorable à la réduction de la charge névrotique : elle permet d'avoir un équilibre qui fait baisser le stress et l'anxiété.

Pourquoi ne pas adopter cet équilibre toute l'année ?

On a tendance à créer une sorte de frontière excessivement nette entre notre vie quotidienne et celle des vacances : on s'accorde énormément de choses pendant cette dernière, mais pas toute l'année. Comme on ne se sent pas dans un filet d'obligations, on fait des choses qui nous font du bien et qui correspondent à nos aspirations. Le reste de l'année, on garde un schéma d'habitude.

Le problème, c'est que même si en vacances on passera du besoin à l'envie très spontanément, avec des rythmes et des sujets d'intérêt qui nous conviennent mieux, on aura tendance à l'oublier du jour au lendemain en revenant au travail. En dehors de la lecture, il peut s'agir des visites culturelles, des festivals, ou encore de la relaxation, qui aide très efficacement à réduire la charge névrotique.

Comment adapter la relaxation à son style de vacances ?

D'abord, la relaxation peut passer par de l'hypnose, de la sophrologie ou encore de la méditation ; entre autres. Le principe est de créer des bulles de soulagement et de bien-être, ce qui permet de renforcer le système pour parer au stress : plus on fait de la relaxation, plus on est calme. La progression est certaine, mais il faut que ce soit régulier : si quelqu'un fait trois séances par jour, il va devenir hyper zen très rapidement. Deux semaines suffisent, d'autant que cela peut s'appliquer à tous les types de vacances.

Quand on est sur la plage pour du farniente, autant écouter une séance d'hypnose ou faire de la méditation pendant 1 heure. Si on fait de la randonnée, on peut faire de la marche méditative. Cela passe par se concentrer sur sa respiration, puis sur les bruits autour de soi, et, enfin, sur le paysage, afin d'être vraiment dans l'instant. Ainsi, au bout d'1 heure de marche, la plupart des randonneurs décrivent une sensation océanique : tout d'un coup, ils ont presque une impression de communion avec leur environnement. 

Concernant ceux qui profitent de leurs vacances pour faire des visites culturelles, l'idée est de ralentir et de s'absorber dans la contemplation de certaines œuvres plutôt que de tout faire au pas de course pour en voir le plus possible. C'est une manière de s'accorder le droit d'avoir un rapport au temps différent.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité