• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladie veineuse

“J'ai commencé à me faire soigner les jambes dès l'âge de 19 ans”

La maladie veineuse, chronique et évolutive, nécessite parfois une prise en charge précoce. Le témoignage de Véronique, 59 ans, suivie depuis 40 ans.

“J'ai commencé à me  faire soigner les jambes dès l'âge de 19 ans” Marina113/iStock

  • Publié le 03.08.2020 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Une hérédité familiale, un travail en station debout et deux maternités : trois facteurs de risque de maladie veineuse sont cumulés par Véronique. A l'issue d'une séance de sclérothérapie/laser, elle témoigne : “J'ai fait un travail préventif en me faisant traiter très jeune, cela m'a permis d'éviter des varices très noueuses, des gonflements des jambes en fin de journée et même des phlébites. C'est important de l'avoir fait et aujourd'hui, à 59 ans, j'ai de nombreuses séries de piqûres derrière moi.”

Cette patiente a commencé la prise en charge de sa maladie veineuse à 19 ans. “Je savais que c'était héréditaire car ma mère avait des varices et mon père avait un problème de capillaires”, raconte-t-elle. L'hérédité est en effet le premier des facteurs de risque dans la maladie veineuse.

L'hérédité, premier facteur de risque

Quand on a un parent qui a des varices, on a 50% de risque d'en avoir; et quand les deux parents en ont, le risque est de 90%”, confirme Christelle Bougard, médecin vasculaire et phlébologue. Ce facteur de prédisposition a surtout comme conséquence une apparition très précoce de la maladie. “Lorsqu'il y a une hérédité familiale, l'insuffisance veineuse peut apparaître jeune, certains patients ont de petites varices dès l'âge de 20 ans”, explique la praticienne.

En revanche, ces antécédents familiaux ont “l'avantage” de sensibiliser celles ou ceux qui sont concernés à la prise en charge précoce des signes qui peuvent annoncer la maladie veineuse. “Les personnes viennent consulter parce qu'elles sont gênées, soit lorsqu'elles ont des antécédents familiaux de complications, raconte la docteure Bougard. Sinon, une majorité des consultations pour insuffisance veineuse concerne des personnes d'une quarantaine d'années.”

Une stagnation du sang dans les veines

L'autre facteur de risque concernant cette patiente, son métier qui impose de longues stations debout. “Je suis esthéticienne et cela fait 40 ans que je piétine, ce n'est pas l'idéal !” Pour les personnes qui souffrent de maladie veineuse, le piétinement aggrave les effets de la pathologie. En diminuant la capacité du système veineux à assurer un bon retour du sang vers le coeur, celle-ci provoque une stagnation du sang dans les veines dont les parois, fragilisées par cette pression supplémentaire, perdent de leur élasticité. C'est ce qui provoque les symptômes de jambes lourdes ou l'apparition de varices. Le fait de rester longtemps debout, comme d'ailleurs toutes les postures correspondant à une trop grande sédentarité, risque d'amplifier le mal. D'où l'importance, avant les traitements pour faire disparaître les varices, d'un suivi pouvant être accompagné d'une prescription de médicaments veinotoniques ou de dispositifs de compression ou de contention.

Pendant la grossesse, le rôle de la progestérone

Si les femmes sont plus nombreuses que les hommes à souffrir de maladie veineuse, c'est pour une large part lié aux grossesses. Dès les premières semaines, une hormone, la progestérone, est sécrétée pour renforcer la souplesse du tissu utérin. Mais cette hormone agit aussi sur les parois veineuses et augmente ainsi le risque de varices. Ensuite, l'augmentation du volume de l'utérus et le poids du foetus peuvent comprimer les veines et aggraver les troubles. "Lors de mes deux maternités, de nouvelles varices sont apparues, confirme Véronique, et j'ai été suivie à chaque fois pour éviter les phlébites”. La patiente a, par ailleurs, été traitée trois mois après chaque accouchement pour faire disparaître de petites varicosités.

Ci-dessous, le témoignage de Véronique :

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité