• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Naissance

Le niveau de douleur à l'accouchement serait lié à la génétique

Un gène expliquerait pourquoi certaines femmes souffrent moins pendant l’accouchement.

Le niveau de douleur à l'accouchement serait lié à la génétique Gorodenkoff/iStock

  • Publié le 12.08.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Pourquoi certaines femmes parviennent à accoucher en supportant naturellement la douleur ? D’après des chercheurs anglais, cela serait lié à la génétique. Certaines femmes disposent d’un gène, rare, qui leur confère une plus grande résistance à la douleur et les dispensent de la péridurale. La recherche est parue dans la revue Cell reports. 

Des tests de résistance à la douleur 

Il est rare que les femmes ne demandent pas de gaz et d'air, ou de péridurale pour soulager la douleur pendant le travail, en particulier lorsqu'elles accouchent pour la première fois", explique Michael Lee, professeur anesthésiste au sein de l’université de Cambridge et co-auteur de l’étude. Avec son équipe, ils ont recruté un groupe de femmes pour l’étude. Toutes avaient accouché de leur premier enfant sans demander de péridurale.

Plusieurs analyses ont été réalisées pour évaluer leur niveau de douleur : leurs bras ont été exposés à la chaleur et à la pression, et leurs mains plongées dans de l’eau glacée. En parallèle, les mêmes examens ont été administrés à des femmes ayant eu le même type d’accouchement, mais sous péridurale. Dans ce groupe de contrôle, les femmes ressentaient une douleur plus forte lors des différents essais. À l’inverse, les autres étaient capables de supporter des seuils élevés quel que soit le test. Les chercheurs n’ont pas constaté de différences dans les capacités émotionnelles et cognitives entre ces deux groupes de femmes. 

Une sorte de péridurale naturelle

La deuxième partie de l’étude était centrée sur l’analyse génétique. Les codes génétiques des femmes des deux  groupes ont été séquencés. Les femmes supportant mieux la douleur ont une variation rare du gène KCNG4, qui altère la capacité des cellules nerveuses à envoyer des signaux au cerveau. Ce défaut dans le circuit de la douleur est ce qui permet aux femmes de supporter l’accouchement sans aide médicamenteuse. Ewan St John Smith, pharmacologue et co-auteur, évoque même une “péridurale naturelle”. D’après les scientifiques, environ 1 femme sur 100 serait concernée. Ils espèrent pouvoir utiliser ces résultats pour développer de nouveaux médicaments pour gérer la douleur. 

D'après une étude parue en 2015, 77% des Françaises ont recours à la péridurale. 

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité