• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Recherche scientifique

Pourquoi la Covid-19 ne touche que certains organes ?

Le virus se réplique grâce à une protéine présente dans la majeure partie du corps humain, mais il ne cible pourtant que certains organes, comme le cœur ou les poumons. 

Pourquoi la Covid-19 ne touche que certains organes ? Wildpixel/iStock

  • Publié le 12.08.2020 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le fonctionnement du nouveau coronavirus reste mystérieux. Partout dans le monde, des scientifiques cherchent à mieux le comprendre afin de pouvoir mieux lutter contre. Un chercheur espagnol explique dans la revue spécialisée Chaos les raisons pour lesquelles la Covid-19 ne s’attaque qu’à certains organes seulement : les poumons, le cœur, le foie, les reins ainsi qu'à une partie du système nerveux. 

Des protéines relais du virus 

Lorsqu’une personne est contaminée par le virus, celui-ci va chercher à pénétrer dans ses cellules. Pour ce faire, il s’appuie sur une protéine appelée enzyme de conversion de l’angiotensine 2. “Ce récepteur est omniprésent dans la plupart des organes humains, explique Ernesto Estrada, si bien que si le virus circule dans l’organisme, il peut enter dans d’autres organes et les affecter. Néanmoins, le virus touche uniquement certains organes précis." Le chercheur explique que deux protéines doivent outrepasser différents obstacles pour réussir à interagir. Le déplacement des protéines dans l’organisme a servi de base de recherche au scientifique pour mettre au point son modèle théorique. 

D’après lui, si le SARS-COV-2 n’affecte pas tous les organes, c’est certainement parce qu’il peut se transmettre de différentes manières. Ernesto Estrada a mis au point un modèle mathématique qui lui a permis d’identifier 59 groupes de protéines dans les poumons. Tous sont des activateurs, en lien avec d’autres organes. Cela signifie que si ces protéines sont touchées par un virus, elles vont le transmettre à d’autres protéines et ainsi de suite. "Cibler ces protéines dans les poumons avec les médicaments existants pourrait permettre d’éviter les dommages sur les protéines présentes dans d’autres organes, et ainsi d’éviter la défaillance de plusieurs organes, qui conduit au décès du patient dans de nombreux cas."

Si cette étude permet de mieux comprendre le fonctionnement du virus, il reste encore des interrogations. Ernesto Estrada projette de s’intéresser à la circulation des protéines contaminées entre les différents organes dans de futurs travaux. 

Où en est l’épidémie ? 

En France, la circulation du virus s’intensifie. D’après le point de Santé Publique France du 11 août, il y a au total, 227 clusters en cours d’investigation. Depuis le début de l’épidémie, il y a eu 204 172 cas confirmés et 30 354 décès. Plus de 5 000 personnes sont toujours hospitalisées.
La France n’est pas la seule à faire face à une hausse des contaminations. En Espagne, près de 5 000 nouveaux cas ont été enregistrés la semaine dernière, soit plus que l’ensemble des contaminations enregistrées en l’Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni et en France. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité