• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Covid-19 : Paris et les Bouches-du-Rhône passent en zone rouge

Cela signifie que le virus circule activement dans ces départements. Les préfets peuvent prendre des mesures particulières. 

Covid-19 : Paris et les Bouches-du-Rhône passent en zone rouge OnickzArtworks/istock

  • Publié le 15.08.2020 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Est-ce le début d’une deuxième vague de Covid-19 ? Le nombre de nouveaux cas augmente en France. 2669 nouvelles contaminations ont été recensées dans les dernières 24 heures. À titre de comparaison, il y avait en moyenne 600 nouveaux cas par jour début juillet. Certaines zones sont plus touchées que d’autres, pour cette raison, Paris et les Bouches-du-Rhône ont été classés en zone rouge, soit une zone de circulation active du virus, dans un décret paru au Journal officiel vendredi 14 août. 

De nouvelles mesures peuvent être prises 

Dans ces deux départements, le taux d’incidence de la maladie, soit le nombre de cas pour 100 000 habitants, est de 65,7 à Paris et de 53,7 dans les Bouches-du-Rhône pour la semaine du 4 au 10 août. Ces chiffres sont au-dessus du seuil d’alerte fixé à 50. Le cas de Paris est particulier, car ce chiffre prend en compte les tests réalisés sur des voyageurs dans les aéroports. Lorsqu'ils sont retirés du calcul, le taux d'incidence descend à 46,2 cas pour 100 000 habitants. 

Cette nouvelle classification autorise les préfets de mettre en place des restrictions supplémentaires pour endiguer l’épidémie. D’après la loi du 9 juillet organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire, ils peuvent notamment ordonner la fermeture provisoire de certains établissements recevant du public, à l’image des bars, des centres commerciaux, des restaurants ou des musées. Les marchés peuvent aussi être interdits. La circulation des personnes et des véhicules et l’accès aux transports en commun peuvent être l’objet de nouvelles réglementations. 

“Les indicateurs sont mauvais”

Sur France Inter, le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, a déclaré, vendredi 14 août : “Les indicateurs sont mauvais, les signaux sont préoccupants et la situation se dégrade. Mais il n’y a pas de fatalité. Le sort de l’épidémie est entre nos mains.” Il a rappelé la nécessité de se faire dépister, même lorsque les symptômes sont bénins, et surtout de continuer à respecter les gestes barrière.

D’après le dernier rapport de la direction générale de la santé, le nombre de personnes admises à l'hôpital est en hausse depuis trois semaines, en particulier chez les moins de 40 ans. Au total, 4 864 personnes étaient hospitalisées jeudi 13 août dans le pays. L'analyse des chiffres montre une baisse globale des hospitalisations, mais le nombre de patients admis chaque semaine augmente : ils étaient 782 entre le 3 et le 9 août, contre 778 la semaine précédente. Depuis le début de l’épidémie, plus de 209 000 personnes ont été contaminées par la Covid-19 et 30 388 personnes en sont décédées. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité