• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Développement de l'enfant

La consommation d’alcool et de tabac en début de grossesse multiplie les risques

Boire ou fumer au début de la grossesse a un impact génétique sur le foetus et peut conduire à un mauvais développement cérébral. 

La consommation d’alcool et de tabac en début de grossesse multiplie les risques Wojtek Skora/istock

  • Publié le 27.09.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude confirme les effets néfastes pour le bébé de la consommation maternelle d'alcool et de tabac en début de grossesse
  • En agissant sur la production de dopamine, ces addictions peuvent affecter les connexions entre les neurones chez le bébé

Fumer et boire nuisent gravement à la santé, en particulier pour les femmes enceintes. Depuis de nombreuses années, il est recommandé d’arrêter de consommer de l’alcool et du tabac pendant la grossesse, car ils nuisent au bon développement du foetus. Une étude de l’université de Houston, aux États-Unis, s’est intéressée aux conséquences précises de cette double consommation au début de la grossesse. Les chercheurs constatent que cela peut conduire à une altération des voies de régulation génétique, et ainsi à des déficience du développement cérébral. 

Une action néfaste sur la dopamine 

"L’altération de ces voies est cruciale dans la mesure où elles sont impliquées dans la formation des réseaux de neurones, dans le développement et la communication cellulaire", détaille Metin Akay, auteur principal de l’étude. L’alcool et le tabac sollicitent de système cérébral de récompense, et stimulent la production de la dopamine, une hormone. Les neurones qui en fabriquent sont qualifiés de dopaminergiques. Ils sont impliqués dans la construction de réseaux et de connexions dans le cerveau. Or, une exposition prénatale au tabac et à l’alcool peut conduire à des mauvaises connexions dans les réseaux de neurones du cerveau. Ces altérations sont ensuite responsables des défaillances de communication cellulaires et du mauvais développement des cellules.  

Un impact massif sur les gènes

Les scientifiques ont constaté que 1257 gènes étaient régulés différemment suite à l’exposition à l’alcool, et 330 étaient dégradés. Lorsqu’ils étaient traités avec de la nicotine et de l’alcool, le nombre de gènes touchés était beaucoup plus élevé : 2113 gènes étaient régulés différemment et 1836 étaient dégradés. "Jusqu’ici, l’impact de la consommation d’alcool et de nicotine sur le développement cérébral des foetus n’avait pas été étudié à l’échelle moléculaire, cellulaire et au niveau systémique", précise Yasemin Akay, co-autrice de l’étude. 

Un quart des femmes fume pendant sa grossesse 

Pour l’équipe de recherche, il est nécessaire de mettre au point un traitement pour éviter ces conséquences dramatiques sur l’enfant. D’après le Centers for Disease Control and Prevention, une agence fédérale américaine de protection de la santé publique, 10% des femmes fument et boivent pendant leur grossesse aux Etats-Unis. En France, Santé publique France a réalisé un baromètre santé en 2017 sur le sujet : entre 20 et 25% des femmes interrogées ont déclaré continuer à fumer pendant leur grossesse. Une femme sur dix a consommé de l’alcool, au moins de manière occasionnelle pendant cette période. L’étude montre un manque d’information pour les femmes enceinte : 4 femmes sur dix ont déclaré ne pas avoir été informées des risques liés à la consommation d’alcool ou de tabac pendant la grossesse.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité