• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage

Parkinson : un test sur la peau pour diagnostiquer tôt la maladie

Un simple test cutané permet de diagnostiquer précocement et avec précision Parkinson, de quoi simplifier et améliorer la prise en charge des patients.

Parkinson : un test sur la peau pour diagnostiquer tôt la maladie Highwaystarz-Photography/iStock

  • Publié le 24.10.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Ce test chimique peut détecter l'agglutination de la protéine alpha-synucléine dans des échantillons de peau.
  • La précision du diagnostic clinique actuelle pour Parkinson à un stade précoce a été assez médiocre, seulement autour de 50 à 70%.
Le diagnostic de Parkinson se fait actuellement par des signes cliniques et des symptômes et aucun dépistage n’existe. Cela pourrait bien changer. Des chercheurs américains ont prouvé l’efficacité d’un simple test cutané pour diagnostiquer avec précocité et fiabilité la maladie. Cela permet d’envisager une prise en charge plus tôt et d’améliorer l’efficacité des traitements. Les chercheurs ont publié leurs résultats le 22 septembre dans la revue Movement Disorders.

Une protéine clé du dépistage

Le test cutané est simple d’utilisation et promet une grande efficacité. Ce test chimique peut détecter l'agglutination de la protéine alpha-synucléine dans des échantillons de peau pour aider à diagnostiquer Parkinson. “Puisqu'il n'y a pas de test facile et fiable disponible pour le diagnostic précoce de la maladie de Parkinson à l'heure actuelle, nous pensons qu'il y aura beaucoup d'intérêt dans l'utilisation potentielle d'échantillons de peau pour le diagnostic”, estime Anumantha Kanthasamy, professeur de sciences biomédicales à l'Iowa State et auteur principal de l'étude.

Les chercheurs ont mené une étude en aveugle de 50 échantillons de peau. La moitié provient de patients atteints de Parkinson et l'autre moitié de personnes sans maladie neurologique. Le test de protéines a permis de diagnostiquer correctement 24 des 25 patients atteints de la pathologie. “Ces résultats indiquent une sensibilité et une spécificité extrêmement élevées, ce qui est essentiel pour un test de diagnostic”, s’est réjouit le Dr Charles Adler, professeur de neurologie et co-auteur de l’étude.

Les protéines présentes dans la peau

Ces résultats offrent de grands espoirs pour améliorer l’efficacité des traitements qui ont besoin d’être prescrits tôt pour agir pleinement. “La précision du diagnostic clinique pour Parkinson à un stade précoce a été assez médiocre, seulement autour de 50 à 70%, note Thomas Beach, co-auteur principal de l’étude. Et comme les essais cliniques doivent vraiment être réalisés à un stade précoce pour éviter d'autres lésions cérébrales, ils ont été gravement entravés car ils ont été y compris de grands pourcentages de personnes qui peuvent ne pas avoir réellement la maladie. Améliorer la précision du diagnostic clinique est, à mon avis, la toute première chose que nous devons faire pour trouver de nouveaux traitements utiles pour Parkinson.”

Parkinson provient de protéines alpha-synucléine mal repliées qui s'accumulent dans le cerveau, entraînant des lésions neuronales. Les chercheurs ont révélé que ces protéines mal repliées s'accumulent également dans d'autres tissus corporels, y compris la peau.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité