• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Pourquoi le virus SARS-CoV-2 est plus contagieux que d'autres coronavirus

La crise sanitaire que nous traversons actuellement est provoquée par un nouveau virus. Mais la famille à laquelle elle appartient est connue depuis près de deux décennies. Dans une nouvelle étude, des scientifiques apportent des éléments expliquant pourquoi le SARS-CoV-2 s'avère plus virulent que les autres coronavirus qui l'ont précédé.

Pourquoi le virus SARS-CoV-2 est plus contagieux que d'autres coronavirus fotomay/iStock

  • Publié le 27.10.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une protéine permet au SARS-CoV-2 de s'introduire plus rapidement dans les cellules humaines
  • On retrouve cette clé dans d'autres virus comme Ebola ou le VIH
Comme l'explique Ravi Ojha, virologue et co-auteur de l'étude, le point de départ de cette recherche était de savoir pourquoi le SARS-CoV (coronavirus à l'origine d'une épidémie en 2003) s'avère moins virulent que le SARS-CoV-2 (acronyme anglais utilisé pour dénommer le virus responsable de la Covid-19), alors que les deux virus présentent le même récepteur principal (ACE2). 

Pour répondre à cette question, les scientifiques ont étudié le génome du SARS-CoV-2. 
Selon les résultats, publiés dans la revue Science, le SARS-CoV-2 s'est procuré une "clé" lui permettant de s'introduire plus rapidement dans les cellules humaines. 

Une protéine également présente dans le VIH ou Ebola

Pour Ravu Ojha, c'est précisément ce laisser-passer qui expliquerait pourquoi la pandémie liée à la Covid-19 s'avère bien plus importante que celle du SRAS observée en 2003. Cette clé répond au nom de "protéine transmembranaire neurophile 1"(PNR1), que l'on retrouve également dans d'autres virus extrêmement difficiles à éradiquer, tels que le VIH ou Ebola, note l'étude.

"L'analyse pathologique des autopsies de patients humains Covid-19 a révélé que des cellules infectées par le CoV-2-SARS, y compris des cellules neuronales olfactives orientées vers la cavité nasale, étaient positives à la PNR1. Nos données donnent un aperçu du pouvoir infectieux des cellules du SARS-CoV-2 et définissent une cible potentielle pour une intervention antivirale", concluent les auteurs des travaux. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité