• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Confinement

L’envie de contact social repose sur les mêmes ressorts que la faim

Nos désirs de retrouver du lien social pendant une période d’isolement partagent la même base neuronale que nos envies de nourriture lorsque nous avons faim.

L’envie de contact social repose sur les mêmes ressorts que la faim Drazen Zigic/iStock

  • Publié le 24.11.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Après une journée d'isolement total, la vue de personnes s'amusant ensemble active la même région cérébrale que lorsque quelqu'un qui n'a pas mangé de la journée voit une image d'une assiette de pâtes au fromage.
  • La substantia nigra, une minuscule structure située dans le mésencéphale auparavant liée aux envies de faim et de drogue, s'active lorsque des sujets socialement isolés voient des photos de personnes appréciant des interactions sociales.

Depuis le début de la pandémie et les mesures de restriction, le manque de contact sociaux se fait sentir. Des chercheurs américains du célèbre MIT ont révélé que les désirs de voir d'autres personnes qui nous viennent pendant ce type d'isolement social partagent une base neuronale avec les envies de nourriture que nous ressentons lorsque nous avons faim. Les résultats ont été présentés le 23 novembre dans la revue Nature Neuroscience.

Le manque de contact social entraîne une détresse émotionnelle

Après une journée d'isolement total, la vue de personnes s'amusant ensemble active la même région cérébrale que lorsque quelqu'un qui n'a pas mangé de la journée voit l'image d'une assiette de pâtes au fromage. “Les personnes forcées d'être isolées ont soif d'interactions sociales de la même façon qu'une personne affamée a soif de nourriture, poursuit Rebecca Saxe, professeure de sciences du cerveau et de la cognition au MIT, membre du McGovern Institute for Brain Research du MIT et auteure principale de l'étude. Notre constatation correspond à l'idée intuitive que les interactions sociales positives sont un besoin humain fondamental, et la solitude aiguë est un état aversif qui motive les gens à réparer ce fait défaut, semblable au besoin de manger face à la faim.”

Des études antérieures ont montré que le fait d'être privé de contact social peut entraîner une détresse émotionnelle mais la base neurologique de ces sentiments n'est pas bien connue. “Nous voulions voir si nous pouvions induire expérimentalement un certain type de stress social, où nous aurions le contrôle sur ce qu'était le stress social, décrit Rebecca Saxe. C'est une intervention sur l'isolement social plus forte que toute autre tentée auparavant.” L’équipe de chercheurs a collecté ses données en 2018 et 2019, bien avant la pandémie et l’isolement social qui en a découlé.

Un confinement forcé de 10 heures

Pour créer cet environnement d'isolement, les chercheurs ont recruté des volontaires en bonne santé, principalement des étudiants, et les ont confinés dans une pièce sans fenêtre sur le campus du MIT pendant 10 heures. Ils n'étaient pas autorisés à utiliser leur téléphone mais la salle disposait d'un ordinateur qu'ils pouvaient utiliser pour contacter les chercheurs si nécessaire. “Il y a eu toute une série d'interventions que nous avons utilisées pour nous assurer que cela serait vraiment étrange, différent et isolé, poursuit la chercheuse. Ils ont dû nous faire savoir quand ils allaient à la salle de bain pour que nous puissions nous assurer qu'elle était vide. Nous avons livré de la nourriture à la porte. Ils n'étaient vraiment pas autorisés à voir les gens.”

Une fois l'isolement de 10 heures terminé, chaque participant a été scanné dans un appareil IRM, en évitant tout contact social. Avant le début de la période d'isolement, chaque sujet a été formé sur la façon d'entrer dans la machine, afin de pouvoir le faire par lui-même, sans aucune aide du chercheur. “Normalement, amener quelqu'un dans un appareil IRM est en fait un processus vraiment social, décrypte Rebecca Saxe. Nous nous engageons dans toutes sortes d'interactions sociales pour nous assurer que les gens comprennent ce que nous leur demandons, qu'ils se sentent en sécurité, qu'ils savent que nous sommes là.”

Un signal de manque similaire pour les interactions sociales et la nourriture

Chacun des 40 participants a également subi 10 heures de jeûne, un jour différent. Après la période d'isolement ou de jeûne de 10 heures, les participants ont été scannés tout en regardant des images de nourriture, des images de personnes interagissant et des images neutres telles que des fleurs. Les chercheurs se sont concentrés sur une partie du cerveau appelée substantia nigra, une minuscule structure située dans le mésencéphale, auparavant liée aux envies de faim et de drogue.

Les chercheurs ont constaté que lorsque des sujets socialement isolés voient des photos de personnes appréciant des interactions sociales, le “signal de manque” dans leur substance noire est similaire au signal produit lorsqu'ils voient des images de nourriture après le jeûne. La quantité d'activation dans la substance noire est corrélée à la façon dont les patients évaluent fortement leurs sentiments de manque de nourriture ou d'interaction sociale. Les chercheurs ont également constaté que les réponses à l'isolement varient en fonction de leur niveau habituel de solitude. Les personnes qui ont déclaré se sentir isolées chroniquement des mois avant la fin de l'étude ont montré des envies d'interaction sociale plus faibles après la période d'isolement de 10 heures que les personnes qui ont déclaré une vie sociale plus riche.

Différentes activations dans les autres parties du cerveau

Les chercheurs ont également examiné les modèles d'activation dans d'autres parties du cerveau, comme le striatum et le cortex. Ils ont découvert que la faim et l'isolement activent chacun des zones distinctes de ces régions. Cela suggère que ces régions sont plus spécialisées pour répondre à différents types de désirs, tandis que la substantia nigra produit un signal plus général.

Désormais, il s'agit de comprendre comment l'isolement social affecte le comportement des gens, si les contacts sociaux virtuels tels que les appels vidéo aident à atténuer les envies d'interactions sociales et comment l'isolement affecte différents groupes d'âge. Les chercheurs espèrent également étudier si les réponses cérébrales qu'ils ont vues dans cette étude peuvent être utilisées pour prédire comment les mêmes participants ont répondu à l'isolement pendant les mesures imposées aux premiers stades de la pandémie de coronavirus.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité