• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Mémoire

Pourquoi les moments forts des évènements sportifs forment des souvenirs durables

Des neuroscientifiques ont montré comment les sentiments de surprise ressentis en regardant le sport créent des changements dans les schémas cérébraux et contribuent à la formation de souvenirs particulièrement forts.

Pourquoi les moments forts des évènements sportifs forment des souvenirs durables Motortion/iStock

  • Publié le 26.11.2020 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les chercheurs ont observé de grands changements dans les schémas d'activité du cortex préfrontal et des dilatations pupillaires pendant les moments de surprise.
  • Les effets de surprise sur ces modèles d'activité ont différé en fonction des croyances préexistantes des spectateurs sur l’équipe la plus susceptible de gagner.

Ces dernières heures, le monde du sport pleure ses anciennes gloires. Après le décès de Christophe Dominici ce mardi, c’est la légende argentine du football Diego Maradona qui a disparu le mercredi 25 novembre. Deux icônes, à des degrés différents, qui ont laissé chez les supporters des souvenirs indélébiles. Pour comprendre comment les évènements sportifs se gravent dans la mémoire des supporters, des neuroscientifiques américains de l’université de Princeton les ont observés. Ils ont présenté les résultats de leur recherche le 25 novembre dans la revue Neuron.

Le basket comme exemple

Les chercheurs ont découvert que la surprise dans les évènements sportifs est le facteur principal de l’encrage de ces souvenirs dans notre mémoire. “Au fur et à mesure que nous parcourons le monde, nous avons tendance à segmenter les événements en morceaux séparés, détaille l'auteur principal de l’étude James Antony, chercheur au Princeton Neuroscience Institute. Nous nous souvenons plus tard de ces morceaux comme d'événements discrets. La question se pose donc : ‘Comment notre cerveau décide-t-il quand un segment se termine et un autre commence ?’ Il s'avère que cela se produit lorsque quelque chose d'inattendu se produit.”

Pour étudier cet effet de la surprise, les chercheurs ont observé des spectateurs pendant qu’ils regardent du sport. Ils ont choisi le basket-ball parce que l’enchaînement des actions offrent plus d'occasions d'observer comment le cerveau réagit aux changements. Vingt fans de basket-ball auto-identifiés ont regardé les cinq dernières minutes de neuf matchs du tournoi universitaire américain de 2012. Les chercheurs ont choisi ces matchs car les participants, pour la plupart de jeunes étudiants, sont peu susceptibles d’avoir déjà vus ou de se souvenir de cet évènement. Pour mesurer la surprise, les chercheurs ont d'abord calculé la probabilité que chaque équipe gagne chaque possession de jeu et la surprise a été calculée comme le changement de cette probabilité entre les possessions. En conséquence, les matchs qui sont serrés et qui ont beaucoup de changements de score génèrent plus de surprises que des matchs où l’écart entre les deux équipes est conséquent.

Plus d'activité quand c'est son équipe préférée qui marque

Pendant que les participants ont regardé les matchs, ils ont subi un suivi oculaire et des IRM fonctionnelles pour mesurer l'activité neurale. Les chercheurs ont constaté de plus grands changements dans les schémas d'activité du cortex préfrontal et des dilatations pupillaires pendant les moments de surprise. Curieusement, les effets de surprise sur ces modèles d'activité ont différé en fonction des croyances préexistantes des spectateurs sur l’équipe la plus susceptible de gagner. “La neuroimagerie est généralement réalisée dans un environnement très contrôlé, mais nous voulions faire quelque chose de plus naturaliste, a décrit James Antony. Dans le même temps, il existe une tendance à tirer parti du Big Data en ayant de nombreuses mesures précises. C'est ce que nous avons pu faire avec notre métrique de probabilité de victoire.” Les chercheurs ont également suivi l'activation dans les régions riches en dopamine, qui contient des informations sur les récompenses. Conformément à ces effets gratifiants, ils ont constaté qu'il y a une plus grande activité dans ces régions lorsque les propres équipes préférées des sujets marquent.

Désormais, les chercheurs reprennent ces données pour voir s'ils peuvent aligner la métrique de probabilité de victoire avec des mesures neuronales d'engagement. Ils prévoient également de sonder les fans de sport sur leurs meilleurs et pires souvenirs sportifs de leur vie pour voir s'ils peuvent relier ces souvenirs à leur niveau de surprise. “Regarder du sport est un excellent paradigme pour la perception et la prévision des événements parce que ces prédictions sont quantifiables, conclut James Antony. De plus, bien que le sport ne soit pas pertinent pour la survie, il puise dans la nature humaine profonde en termes d'excitation et de lien social.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité