• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Coronavirus

Covid-19 : les femmes mieux protégées grâce à leurs hormones sexuelles

La fonction anti-inflammatoire des hormones sexuelles féminines protégerait les femmes contre les formes graves de la maladie.

Covid-19 : les femmes mieux protégées grâce à leurs hormones sexuelles o_nozdracheva/iStock

  • Publié le 27.11.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les œstrogènes, la progestérone et l'alloprégnanolone, les hormones sexuelles féminines, ont un rôle anti-inflammatoire qui agit sur les cellules immunitaires en stimulant la production d’anticorps.
  • Ces hormones expliquent également pourquoi les femmes enceintes, qui en produisent davantage, sont mieux protégées.

Les femmes et les hommes ne sont pas touchés de la même manière par la Covid-19. Très tôt après l’apparition de la pandémie, des données épidémiologiques ont montré que le virus touche plus les hommes que les femmes. Pour expliquer cette différence, des chercheurs italiens ont avancé l’idée que les femmes respectent mieux les gestes barrières que les hommes. Une nouvelle étude est venue donner une réponse scientifique à cet écart : les hormones sexuelles féminines et leurs propriétés anti-inflammatoire qui les protègent contre les formes graves est à l’origine de la différence entre les sexes.

Les femmes enceintes mieux protégées grâce aux hormones

Les œstrogènes, la progestérone et l'alloprégnanolone, les hormones sexuelles féminines, ont un rôle anti-inflammatoire qui agit sur les cellules immunitaires en stimulant la production d’anticorps. Grâce à elles, les cellules respiratoires sont mieux protégées et peuvent inhiber le récepteur ACE2 par lequel le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 pénètre dans les cellules. Les chercheurs américains de l’université de l’Illinois à Chicago (UIC) ont publié ces découvertes le 8 novembre dans la revue Trends in Endocrinology and Metabolism.

Ces hormones expliquent également pourquoi les femmes enceintes sont mieux protégées contre la Covid-19. “Les hormones qui aident à maintenir la grossesse - comme la progestérone - sont 100 fois plus concentrées au troisième trimestre de la grossesse, détaille Graziano Pinna, professeur de psychiatrie à l’UIC et auteur principal de l’étude. L'estradiol, l'alloprégnanolone et la progestérone ont toutes d'importantes fonctions anti-inflammatoires et participent à la réinitialisation du système immunitaire. Cela suggère que les femmes enceintes sont devenues symptomatiques (...) après avoir accouché de leurs bébés en raison de la baisse rapide de ces hormones. La corrélation était vraiment frappante

Les plus âgés ont moins d’hormone

Cette meilleure protection chez les femmes enceintes se confirme dans les chiffres. D’après les données des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), les autorités de santé américaines, 51 des 38 071 femmes enceintes qui ont contracté le virus en sont décédées. Cela représente un taux de mortalité de 0,13% qui grimpe à 2 % pour celles qui n'attendaient pas d'enfant. “Les femmes enceintes sont 15 fois moins susceptibles de mourir de la Covid-19 que les autres femmes”, poursuit Graziano Pinna.

Outre l’explication du virus qui touche moins gravement les femmes, de surcroît les femmes enceintes, cela justifierait pourquoi les personnes les plus âgées sont plus frappées par la Covid-19. “Cette observation chez les femmes enceintes fournit une base scientifique significative, non seulement sur les raisons pour lesquelles les femmes sont plus protégées que les hommes, mais aussi sur les raisons pour lesquelles les personnes âgées sont moins protégées que les jeunes, car nous savons que plus vous êtes âgé, plus vos hormones diminuent”, conclut Graziano Pinna.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité