• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pancréas

Cancer du pancréas : la solution recherchée chez les "survivants" comme la juge Ruth Ginsburg, décédée 11 ans après le diagnostic

Le pronostic est souvent très mauvais dans le cancer du pancréas et la survie très limitée. Pourtant, avec un diagnostic précoce, de la chimiothérapie et un traitement pour stimuler la production de lymphocytes T, il est possible d’accroître grandement la survie des patients. 

Cancer du pancréas : la solution recherchée chez les \ iStockphoto.com/Shidlovski

  • Publié le 29.11.2020 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le cancer du pancréas n'offre que peu de chance de survie à long terme. Pourtant, il est possible de rallonger le temps de quelques années.
  • Une prise en charge précoce peut améliorer les chances de survie.
  • La chimiothérapie, l'immunothérapie et les traitements pour renforcer les lymphocytes T sont de bonnes alternatives pour gagner quelques années de vie.

Le cancer du pancréas n’offre guère d’issues positives. Selon les données issues de la conférence de l’American Cancer Society sur le sujet, seul 9% des atteints d’un cancre du pancréas sont encore en vie cinq ans après le diagnostic. Pourtant, la clé se trouverait sûrement dans une prise en charge et un dépistage plus tôt que ceux réalisés actuellement. En enlevant la tumeur initiale à un stade extrêmement précoce, il serait donc possible de rallonger la durée des patients. A l’instar de Ruth Bader Ginsburg, la juge à la Cour Suprême des Etats-Unis, qui avait été opéré pour un cancer du pancréas en 2009 et qui s’est éteinte en septembre 2020, soit 11 ans plus tard. 

Diagnostiquer avant la métastase

Mais comprendre comment rallonger la vie des personnes souffrant d’un cancer du pancréas est essentiel, tant la médecine semble avoir du retard dans ce domaine. En s’appuyant sur le parcours des survivants, comme Ruth Ginsburg, les chercheurs pensent réussir à compléter leur savoir. “L'un des facteurs les plus fortement corrélé avec les survivants à long terme était la densité des lymphocytes T CD8 dans leurs tumeurs, ce qui suggère que ces survivants pourraient fournir des indices sur la façon d'activer l’immunité”, analyse Vinod Balachandran, chirurgien au Mémorial Sloan Kettering Cancer Center (Etats-Unis). 

Tandis que les taux de survie à cinq ans pour certains cancers ont considérablement augmenté au cours des dernières décennies, les améliorations pour ceux atteints d'un cancer du pancréas ont été plus limitées, passant de 6 % en 2012 à 9 % actuellement. Cet écart s’explique par la violence de la maladie; le cancer du pancréas est le plus souvent mortel, à cause de sa faculté à devenir métastatique rapidement. De plus, lorsqu’un diagnostic de cancer du pancréas est posé, il est généralement tardif, et la métastase est déjà enclenchée. 

Nos patients tombent rapidement malades, ils sont fragiles, il est difficile de les aider, souligne David Tuveson, le président de l’Association américaine de recherche contre le cancer. La combinaison de la progression rapide et du déconditionnement peut également rendre difficile l'inscription des patients aux essais cliniques.”  

L’essor de la chimiothérapie nouvelle génération

Malgré tout, l’espoir demeure puisque l’émergence de nouvelles chimiothérapies en 2011 et 2013 a amélioré l’espérance de vie des patients atteints par un cancer du pancréas métastatique. Comme le souligne Kim Reiss, directrice adjointe du programme de bourses en hématologie et en oncologie de Penn Medicine: 

Nous avons considérablement amélioré le pronostic grâce aux combinaisons de chimiothérapie multi-agents que nous avons utilisées.” 

Jennifer Knox, la codirectrice du Centre McCain pour le cancer du pancréas, abonde dans son sens: “Les patients n'ont peut-être qu'une seule chance de recevoir une chimiothérapie, et nous avons également besoin de beaucoup plus d'options et de meilleures options pour eux. Ce que nous voulons vraiment, c'est un biomarqueur de la tumeur du patient qui prédirait quel régime ferait mieux que la moyenne afin de choisir celui-là, mais ce n'est pas facile à trouver.”

Des recherches sont actuellement en cours pour faire correspondre les patients atteints d'un cancer du pancréas métastatique avec le régime de chimiothérapie le plus susceptible d'être efficace en fonction de la génétique ou d'autres biomarqueurs. Les chercheurs peuvent notamment s’appuyer sur le programme “Know Your Tumor”, un vaste essai clinique qui a montré qu’un quart des 1 100 patients atteints d'un cancer du pancréas avaient des tumeurs présentant des variantes génétiques qui pouvaient être associées à des thérapies ciblées. Selon les chercheurs, cette concordance entre la chimiothérapie et les variations génétiques propres à chaque malade pourrait permettre d’améliorer la survie des patients d’une année. Ces conseils ont été suivis par l’American Society of Clinical Oncology qui a mis à jour en août dernier sa ligne directrice, afin de recommander des tests génomiques germinaux et tumoraux pour les patients atteints de cancer du pancréas. 

Miser sur les lymphocytes T

Certains patients atteints d’un cancer du pancréas présentent des taux plus élevés de certains lymphocytes T et ont tendance à vivre plus longtemps, ce qui est étrange au vu de l’augmentation des immunothérapies anticancéreuses utilisant le même procédé pour tuer les tumeurs. En temps normal, l’immunothérapie est efficace dans 20% des tumeurs, notamment celles que l’on qualifie de “chaude”. Dans les 80% de tumeur froide, l’efficacité de l’immunothérapie est mitigée. Or, la plupart des cancers du pancréas sont des tumeurs froides. 

Les tumeurs froides ont souvent des défauts dans les voies qui aident les cellules immunitaires à reconnaître les cellules tumorales. Mais les survivants à long terme du cancer du pancréas n'ont pas ces défauts”, résume Vinod Balachandran. En approfondissant le sujet avec ses équipes, le chercheur s’est aperçu que les tumeurs des survivants sont enrichies en cellules lymphoïdes innées 2 (ILC2) qui n'ont pas besoin d'antigènes pour déclencher la réponse immunitaire. Couplé à la cytokine interleukine 33 (IL-33), il stimule la production de lymphocytes T, ce qui stimule le système immunitaire et accroît la survie. Vinod Balachandran actuellement à la mise au point d’un médicament fonctionnant sur ce principe. 

Il est très important pour la communauté de recherche sur le cancer du pancréas de comprendre comment le système immunitaire interagit avec le cancer du pancréas, puis d'utiliser ces informations pour élaborer la prochaine vague de thérapie pour les patients”, conclut le chercheur.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité