• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Semaine d'Action sur la Fibrillation Atriale

«Je vais me faire opérer du cœur, mais on ne m'a jamais parlé d'AVC»

En cette semaine de sensibilisation à la fibrillation atriale (FA) organisée en partenariat avec Action-Coeur et Paroles&Réactions, Jacqueline Grandguillot, retraitée de 84 ans, témoigne sur cette pathologie silencieuse qui peut être à l'origine d'AVC (accident vasculaire cérébral).

\ Kubra Cavus / istock.

  • Publié le 12.12.2020 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


- Pourquoi docteur - Comment votre fibrillation atriale a-t-elle été diagnostiquée ?
Jacqueline Grandguillot - Ma fibrillation atriale m’a été diagnostiquée il y a 4 ans, lors d’un contrôle de routine où j’allais tous les six mois. J’ai été très surprise.

- Aviez-vous des symptômes ?

Non, je n’avais aucun symptôme à l’époque, je me sentais en pleine forme. Mon médecin me disait toujours que j’avais "un cœur de battante".

- Y avait-il des antécédents de maladies cardiaques dans votre famille ?

Non, pas que je sache.

- Avez-vous le sentiment d’être fragilisée par la fibrillation atriale ?

Oui, car je suis vite essoufflée, j’ai une gêne respiratoire. Quand je monte une petite côte par exemple, je suis obligée de m’arrêter. Je sens que mes jambes me portent moins qu’avant, des fois elles me laissent complètement tomber, j’ai du mal à marcher. Plus globalement, je ressens un affaiblissement important.

- Les causes de votre fibrillation atriale ont-elles été identifiées ?
Je pense que c’est lié au fait que j’ai énormément accompagné mon mari, qui a été très malade pendant deux ans, avant de décéder. Cela m’a beaucoup fatiguée physiquement, et donc ça m’a probablement fatigué le cœur.

- Qui a fait le diagnostic, après quels examens ?
C’est mon médecin généraliste qui a fait le diagnostic, après m’avoir fait faire une prise de sang. Après, j’ai été suivie par un cardiologue.

- Comment êtes-vous prise en charge ?
J’ai deux médicaments que je prends tous les jours. On m’a prescrit un anti-arythmique et un anti-coagulant. Je me suis bien habituée, le traitement ne me dérange pas, ni physiquement, ni mentalement.

On m’a suivie pendant quatre ans, et récemment, on m’a proposé de m’opérer, car ma maladie du cœur s’aggravait. On m’a dit que ça menaçait mon pronostic vital, et j’ai envie de vivre encore un peu. Le médecin m’a bien précisé que j’étais la seule à pouvoir décider de l’opération, que je n’étais pas obligée de la faire. Normalement, l’intervention doit se faire en février prochain.

- Comment vit-on au quotidien avec une fibrillation atriale ?
Je sais que je suis malade du cœur depuis 4 ans. Au quotidien ce n’est pas très gênant, même si cela m'a beaucoup affaiblit dernièrement. L’opération à venir m’angoisse un peu, comme tout le monde. Mais je fais confiance à la cardiologue et à son équipe.  

- Vous a-t-on déjà parlé d’AVC (accident vasculaire cérébrale), dont 20% sont liés à une fibrilation atriale ?
Non, on ne m'en a jamais parlé.

https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/891-Fibrillation-auriculaire-prevenir-le-risque-d-accident-vasculaire-cerebral


Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES