• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Confident

Dépression, anxiété : rien de mieux qu’un adolescent pour en aider un autre

Les adolescents ont plus de facilité à parler de problèmes mentaux tels que l’anxiété, la dépression, ou les envies suicidaires, avec une personne de leur âge. Quelle que soit la relation qu’ils entretiennent avec les adultes, ils se confieront moins facilement à eux, par peur d’être jugés. 

Dépression, anxiété : rien de mieux qu’un adolescent pour en aider un autre iStockphoto.com/Daisy-Daisy

  • Publié le 18.01.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les adolescents se sentent plus en confiance pour parler de leur mal être avec un autre adolescents.
  • A la différence d'un adulte, ils n'auront pas la peur d'être jugés sur ce qu'ils éprouvent.

Rien ne vaut un semblable pour exprimer ses problèmes. L’adolescence est une période-charnière de la vie, qui a son lot d’inquiétudes. Dans cette période confuse, il n’est pas rare que les adolescents présentent des troubles mentaux tels que la dépression, l’anxiété ou qu’ils expriment des pensées suicidaires. Dans une étude, des chercheurs de l’université du Michigan (Etats-Unis) se sont aperçus que pour que le meilleur interlocuteur pour qu’un adolescent parle de ses troubles reste… un autre adolescent. Les résultats de leur étude ont été publiés sur Mott Poll Reports. 

Les adolescents se font confiances entre eux

Pour s’en rendre compte, les chercheurs se sont appuyés sur un sondage national réalisé auprès d’un millier de parents d’adolescents âgés de 13 à 18 ans. D’après leurs résultats, trois quarts des parents pensent que les adolescents se comprennent mieux entre eux, qu’ils trouveront chez leurs camarades une écoute plus bienveillante que ne pourra jamais leur offrir des enseignants ou des conseillers scolaires. De même, la majorité des parents s’accordent également pour dire que les équipes scolaires devraient davantage encourager les adolescents à parler de leurs problèmes de santé mentale à quelqu’un.

Les camarades peuvent apporter un soutien précieux à leurs camarades adolescents aux prises avec des problèmes émotionnels, car ils peuvent s'entendre entre eux, déclare Sarah Clark, codirectrice du sondage Mott. Certains adolescents peuvent craindre que leurs parents ne réagissent de manière excessive ou ne comprennent pas ce qu'ils vivent. Les enseignants et les conseillers scolaires peuvent aussi avoir un temps limité pour parler avec les élèves au milieu d'autres responsabilités.”

De précédentes études sur le sujet suggéraient déjà que la moitié des enfants et adolescents souffrant de troubles mentaux n’ont pas reçu de traitements à cause de ces obstacles. Toutefois, les adolescents qui ne souffrent pas d'une maladie diagnostiquée peuvent quand même avoir occasionnellement des problèmes émotionnels, de relations avec leurs amis et leur famille, d'anxiété, de difficultés scolaires, de toxicomanie, ce qui a une incidence sur l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes.

Un programme qui séduit les parents 

Aux Etats-Unis, certaines écoles ont mis en place des animateurs de soutien par les pairs afin de donner aux adolescents des canaux sûrs pour partager leurs problèmes. Dans ce programme, les adolescents qui servent de mentors ont été formés par des professeurs, des conseillers scolaires et des professionnels de santé. “Nous avons vu des exemples probants de programmes scolaires qui préparent les adolescents à être à l'écoute et à identifier les signes avant-coureurs de suicide ou d'autres problèmes graves, souligne Sarah Clark. Le rôle des mentors de soutien est d'écouter, de suggérer des stratégies de résolution de problèmes, de partager des informations sur les ressources et, le cas échéant, d'encourager leurs camarades à chercher de l'aide. La tâche la plus essentielle est de repérer les signes qui suggèrent que l'élève a besoin d'une attention immédiate et d'alerter les adultes qui supervisent le programme. Bien que cela ne remplace pas le besoin d'un soutien professionnel, ces programmes offrent aux jeunes un moyen non menaçant de commencer à résoudre leurs problèmes.”

Malgré cela, les parents, souvent désemparés face à leurs enfants dans cette tranche d’âge, ont confiance dans un tel système. Ainsi, 38% d’entre eux pensent consulter un mentor pour avoir du soutien dans l’éventualité où leur enfant était confronté à des problèmes de santé mentale. Toutefois, cette confiance n’est pas aveugle puisque 62% des parents s'inquiètent de savoir si le mentor garderait les informations de leur adolescent confidentielles, voire même s’il serait  capable de dire si leur adolescent a besoin d'une aide immédiate en cas de crise (53%). 

Enfin, dans l’ensemble, un quart des parents interrogés réclament une généralisation de ce système dans les établissements scolaires, et 64% autoriseraient leurs enfants à eux-mêmes devenir des mentors pour aider leurs camarades. “Cela suggère que le soutien des parents augmente une fois qu'ils comprennent comment fonctionnent les programmes de soutien par les pairs, conclut Sarah Clark. La plupart des parents sont d'accord avec la raison d'être des programmes de soutien par les pairs mais peuvent être incertains jusqu'à ce qu'ils voient comment ils fonctionnent et profitent aux élèves.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité