• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Addictions

Adolescence: être optimiste éloigne des tentations de la drogue et de l’alcool

Les adolescents qui ont une vision globalement optimiste de leur vie (aussi bien de leur enfance, de leur quotidien et de leur perspective d’avenir) ont plus de de chance de ne jamais sombrer dans l’alcool et la drogue. De plus, ils sont davantage enclins à apprendre et à se plonger dans leurs cours. 

Adolescence: être optimiste éloigne des tentations de la drogue et de l’alcool iStockphoto.com/Michaeljung

  • Publié le 26.01.2021 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les adolescents qui ont une vision optimiste de leur vie ont plus de chance de résister à la tentation de l'alcool et de la drogue.
  • En ayant des souvenirs heureux de son enfance, une bonne vision de son présent et de l'optimisme en l'avenir, cela améliore également les résultats scolaires.

L’optimisme, ce n’est pas seulement voir la vie du bon côté, c’est aussi éviter les pièges qu’elle peut nous tendre. Etre heureux dans son enfance, conserver cette joie de vivre dans le présent et se sentir optimiste pour l’avenir sont les clés pour mener sa vie, et ce constat fonctionne à tout âge. Ainsi, une étude réalisée par des chercheurs de l’université Purdue. (Etats-Unis), souligne que les adolescents qui ont des souvenirs d'enfance heureux sont susceptibles de boire moins, de prendre moins de drogues et d'avoir du plaisir à apprendre. Les résultats de cette étude ont été publiés le 17 décembre 2020 dans la revue Addiction Research & Theory. 

Pour mieux comprendre la place dans l’optimisme dans le dépassement des addictions, les chercheurs se sont intéressés aux données provenant de 1 961 lycéens de la baie de San Francisco, dont plus de la moitié (53%) étaient des filles. Selon eux, leur optimisme a une influence sur leurs résultats scolaires et les risques d’abus de drogues et d’alcool. 

Un optimisme à toute épreuve

Les auteurs de l'étude ont examiné les réponses des élèves et ont évalué leur nostalgie de leur enfance, leur niveau de bonheur actuel et leur espoir de bonheur futur. Ils ont également analysé les habitudes de consommation de cannabis et d'alcool au cours des 30 derniers jours ainsi que leurs notes scolaires moyennes. Enfin, ils ont examiné les niveaux de motivation et le comportement des jeunes dans leurs cours, comme leur degré d'attention et d’écoute.

Pour cela, les chercheurs ont utilisé des analyses statistiques pour repérer les associations entre ces différents facteurs et établir les principaux prédicteurs de l'abus d'alcool et de cannabis. D’après leurs conclusions, les attitudes positives envers le passé, le présent et l'avenir font courir aux adolescents un risque moindre de consommation d'alcool, de beuverie et de drogue. L’inverse est également vrai pour ceux qui évoquent des souvenirs négatifs ou pessimistes, qui ont une vision morose de leur présent et plutôt sombre de leur avenir. 

Pour les chercheurs, cela s’explique par le fait qu'un contenu et une perspective optimistes augmentent la probabilité d'être motivé et de se comporter de manière ciblée sur la chance d’apprendre. De plus, concernant les résultats par sexe, il semblerait que les filles ont un niveau d’engagement pus élevé que les garçons, ce qui les tient plus éloignée des problèmes de drogues et d’alcool. 

Ne pas voir le verre à moitié vide

L’école semble souvent être une source de stress et d'anxiété pour les étudiants, déclare John Mark Froiland, professeur à l'université Purdue. Cela les expose davantage au risque de ne pas participer aux cours, d'avoir de mauvaises notes et de faire un usage abusif de substances. Ils sont plus susceptibles d'être des apprenants enthousiastes et de ne pas consommer d'alcool ou de drogues si les enseignants prennent le temps d'établir des relations plus positives avec eux. Ils peuvent aider les élèves à voir que tout ce qu'ils apprennent est vraiment utile. Les parents ont aussi un rôle à jouer.”

De précédentes études avaient déjà montré que des adolescents ayant une attitude équilibrée vis-à-vis de leur enfance et d'autres périodes de leur vie sont plus susceptibles de s'abstenir de boire et de se droguer et d'obtenir de bons résultats scolaires. Les chercheurs aimeraient réaliser une étude similaire basée sur du long terme, afin de voir si les niveaux d’engagement changent avec le temps. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité