• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

40% des soins déprogrammés en Ile de France ... et une nouvelle polémique sur les vaccins

Face au risque d'emballement de la situation épidémique en Ile de France, l'ordre a été donné à tous les établissements de santé de déprogrammer des soins médicaux et interventions chirurgicales. Il s'agit de libérer ainsi 500 nouvelles places dans les services de réanimation menacés d'être débordés. Dans cette situation de tension, les médecins libéraux contestent la priorité donnée aux pharmaciens pour la livraison des vaccins.

40% des soins déprogrammés en Ile de France ... et une nouvelle polémique sur les vaccins BulentBARIS/iStock

  • Publié le 08.03.2021 à 13h30
  • |
  • Mise à jour le 08.03.2021 à 17h20
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'objectif est d'atteindre 1 577 lits de réanimation dans le courant de cette semaine
  • Le taux d'incidence en région parisienne atteint 400 pour 100 000

Mauvaise nouvelle pour les habitants de l'Ile de France : 40% des activités médicales et chirurgicales des établissements de santé -hôpitaux et cliniques- de la région vont être déprogrammés afin de libérer des capacités d'accueil en réanimation pour les patients Covid. C'est Aurélien Rousseau, le directeur de l'ARS(Agence régionale de Santé) qui a donné lundi 8 mars cet "ordre ferme et immédiat" en l'expliquant par "une tension très forte" avec plus de 950 malades en réanimation pour "moins de 1050 lits disponibles.

Libérer des lits de réanimation

Cette décision prise par l'ARS en s'appuyant sur les derniers chiffres de l'épidémie en région parisienne a pour objectif de libérer 500 nouvelles places en réanimation pour "atteindre 1577 lits au cours de la semaine prochaine". Selon son directeur général, c'est la très forte hausse de l'incidence depuis deux semaines qui augmente le flux de malades admis en réanimation : il annonce 70 à 80 entrées par jour en réanimation, soit un solde de 35 patients par jour".

La semaine dernière, près de 22 000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés chaque jour, ce qui porte le niveau de l'incidence dans la région à environ 400 pour 100 00O. Des chiffres qui n'ont toutefois pas entraîné de nouvelles mesures de restriction pour les habitants d'Ile de France alors que le confinement le week-end était toujours en vigueur dans les Alpes Maritimes et qu'il a été imposé dans le Pas-de-Calais.

585 000 Français vaccins durant le week-end

Cette décision d'imposer aux établissements de santé une déprogrammation aussi importante des "autres" soins pourrait, toujours selon le patron de l'ARS, faire l'objet d'un "réajustement si le flux devint moins intensif en réanimation". 

Mais cet "ordre" est un signe plutôt négatif quant à l'évolution de l'épidémie dans la région parisienne. Il intervient pourtant alors que le gouvernement se félicite d'un week-end "record" en matière de vaccination. Ce sont 585 000 Français qui ont ainsi été vaccinés entre vendredi soir et dimanche et la ministre déléguée en charge de l'Industrie a assuré ce lundi matin que la poursuite de cette intensification de la campagne pourrait s'appuyer sur la livraison de deux millions de doses de vaccins par semaine d'ici deux semaines.

Les médecins libéraux privés de vaccins

Pourtant, la grogne s'installe chez les médecins généralistes à la suite de l'instruction donnée dimanche soir par le ministre de la Santé, Olivier Véran, d'attribuer en priorité aux pharmaciens les doses de vaccins réservées aux médecins pour la semaine prochaine. "Cela se traduira par l'impossibilité pour les médecins de vacciner dans leur cabinet !", s'indigne dans un communiqué Jean-Paul Ortiz, le patron de la CSMF, principal syndicat des libéraux. en dénonçant une décision "aberrante et incompréhensible". "Ce n'est pas multiplier les vaccinateurs qu'il faut, c'est multiplier les vaccins !, poursuit Jean-Paul Ortiz en appelant le gouvernement à "redresser d'urgence la barre".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité