• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Tests à domicile

Covid-19 : pourquoi il n'y a toujours pas d'autotests en France ?

Dans d'autres pays européens, il est possible de se tester seul chez soi pour savoir si on est positif à la Covid-19. En France, les autotests sont encore interdits. 

Covid-19 : pourquoi il n'y a toujours pas d'autotests en France ? Okan Celik / istock.

  • Publié le 10.03.2021 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Un avis de la Haute Autorité de Santé sur les autotests est attendu d’ici fin mars.
  • Faisables à partir d’un écouvillon moins long que ceux utilisés dans les laboratoires, les autotests fournissent leur résultat en 30 minutes.

Allemagne, Autriche, Royaume-Uni, Suisse… Depuis quelques semaines, de plus en plus de pays européens se disent favorables à l'utilisation des autotests dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Ils sont pourtant interdits en France par arrêté ministériel depuis le mois de juillet 2020.

Comment expliquer ce blocage ?

Le professeur Philippe Juvin, chef du service des urgences de l'hôpital Européen George Pompidou (Paris), lance un cri d’alarme pour que la France puisse bénéficier de façon urgente des autotests. "Cela fait maintenant plusieurs mois que j’explique qu’aux États-Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne, il existe des autotests que l’on peut faire à la maison. Ils sont notamment utilisés par les écoliers et les professeurs, et ce deux fois par semaine. Je ne comprends pas pourquoi ils sont interdits en France. C’est vraiment idiot, surtout qu’on est à un moment de l’épidémie où il faudrait tester massivement les gens pour contrôler la Covid-19", déplore le professeur. Philippe Juvin poursuit : "ces autotests permettraient aussi de nourrir la connaissance épidémiologique de la Covid-19 et de mieux évaluer le niveau de circulation du virus. Cela nous manque en France".

Comment expliquer ce blocage sur les autotests en France ? "Il y a un blocage culturel, et probablement des lobbys. La HAS a aussi du mal à prendre des décisions de rupture", juge Philippe Juvin. Faisable à partir d’un écouvillon moins long que ceux utilisés dans les laboratoires, les autotests fournissent leur résultat en 30 minutes. Ils font partie de la catégorie des tests antigéniques, et présentent des possibilités de faux négatif. Un avis de la Haute Autorité de Santé sur les autotests est attendu d’ici fin mars.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES