• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Similarités

Alzheimer : des points communs avec le diabète qui pourraient déboucher sur de nouveaux traitements

Des scientifiques américains ont identifié une petite molécule qui pourrait aider à réguler les niveaux de cholestérol dans le cerveau.  Les chercheurs émettent l'hypothèse d'une nouvelle cible thérapeutique dans la prise en charge de la maladie d'Alzheimer.

Alzheimer : des points communs avec le diabète qui pourraient déboucher sur de nouveaux traitements designer491

  • Publié le 28.03.2021 à 11h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une molécule impliquée dans le transport du cholestérol représente un facteur de risque commun pour Alzheimer et la diabète
  • Le schéma de déplacement du cholestérol pourrait être reproduit dans le cerveau pour éliminer les protéines en cause dans Alzheimer

Depuis ces dernières années, la littérature scientifique tend à établir des similarités entre les mécanismes impliqués dans la maladie d'Alzheimer et le diabète de type 2. Le diabète de type 2 survient lorsque l'insuline devient moins efficace pour éliminer le glucose de la circulation sanguine, ce qui entraîne un taux élevé de sucre dans le sang et peut provoquer des taux anormaux de cholestérol. Une situation similaire se produit dans la maladie d'Alzheimer, sauf qu'au lieu d'affecter le corps dans son ensemble, les effets sont localisés dans le cerveau.

Des scientifiques de l'université des sciences de la santé de l'Arizona (États-Unis) ont étudié ce lien de près. "La maladie d'Alzheimer et le diabète ont de nombreuses causes communes. Notre objectif était de mettre au point un moyen d'identifier les composés susceptibles de contrecarrer les nombreux changements préjudiciables qui contribuent à la fois à la maladie d'Alzheimer et au diabète de type 2", explique Gregory Thatcher, professeur de pharmacologie et de toxicologie à l'université Arizona College of Pharmacy et co-auteur de l'étude.

Parue dans la revue ACS Pharmacology and Translational Science, l'étude s'est intéressée au processus de transport inverse du cholestérol, processus au cours duquel des molécules spécifiques transportent l'excès de cholestérol pour l'évacuer par le foie. Plus spécifiquement, les scientifiques ont étudié l'action de l'apolipoprotéine E (APOE), l'une des protéines impliquées dans le transport inverse du cholestérol, qui représente par ailleurs un facteur de risque génétique dans la maladie d'Alzheimer et le diabète de type 2.

Meilleure résistance à l'insuline et prise de poids réduite

L'objectif de ces travaux était de parvenir à modifier la trajectoire de cette protéine dans le cerveau. "Déplacer le cholestérol là où il est nécessaire dans l'organisme a des effets positifs sur de nombreux processus physiologiques et peut aider à éliminer les protéines mal repliées qui s'accumulent dans le cerveau", explique le Pr Gregory R. J. Thatcher, qui a participé à l'étude. 

L'équipe de scientifiques a testé les effets de petites molécules (CL2-57) susceptibles d'améliorer la fonction d'un autre transporteur de cholestérol appelé ABCA1 dans l'organisme, tout en évitant les effets indésirables sur le foie. L'utilisation de ces composés a notamment permis d'améliorer la tolérance au glucose et la sensibilité à l'insuline, ainsi que de réduire la prise de poids, notent les auteurs des travaux. 

De futures recherches visant à améliorer les propriétés des molécules CL257 sont prévues, afin d'en augmenter les niveaux dans le cerveau et de mettre au point un traitement. L'objectif à long terme consistera ensuite à déterminer quels patients atteints de la maladie d'Alzheimer (ou d'une autre forme de démence) pourront en bénéficier.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité