• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Lien maternel

Les premiers câlins définissent le futur niveau d’empathie du bébé

Les premiers contacts maternels ont des effets sur le fonctionnement du cerveau social des années plus tard, notamment sur la capacité à faire preuve d’empathie.

Les premiers câlins définissent le futur niveau d’empathie du bébé Jelena Stanojkovic/iStock

  • Publié le 06.04.2021 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les cerveaux de la mère et de son nourrisson se synchronisent pendant les premiers câlins.
  • Pour les enfants prématurés qui n’ont pas pu recevoir de contact au cours des premières semaines de vie, rien n'est perdu : le cerveau est résilient.

Montrez votre amour à votre bébé et vous obtiendrez un adulte plus gentil et plus doux. Des chercheurs israéliens ont suivi pendant plus de 20 ans, de leur naissance à aujourd’hui, une centaine d’individus pour étudier les effets du temps passé en contact physique avec leur mère au début de la vie. Les derniers résultats, présentés ce 6 avril dans la revue PNAS, révèlent que le contact maternel juste après la naissance a des effets mesurables sur le fonctionnement du cerveau social des décennies plus tard, notamment sur la capacité à faire preuve d’empathie.

Une meilleure harmonie

La proximité du corps de la mère a permis à la mère et aux nourrissons d'être plus en harmonie, plus en phase l'un avec l'autre tout au long des vingt années de leur développement, a constaté Ruth Feldman, professeure de neurosciences sociales du développement et autrice principale de l’étude. Cette synchronisation a à son tour sensibilisé le cerveau à être plus en mesure de faire preuve d'empathie avec les émotions des autres.”

Dans l’étude, trois catégories de nourrissons ont été analysés : les bébés nés à terme, en bonne santé et qui ont pu facilement avoir des contacts avec leur mère ; les prématurés qui ont été incubés et qui ne pouvaient pas avoir de contact physique avec leur mère pendant au moins deux semaines ; des prématurés plus stables dont les mamans se sont engagées à les garder, peau à peau, au moins une heure par jour pendant au moins 14 jours consécutifs. “Ce troisième groupe de bébés aurait eu un contact physique limité avec leur mère pendant l'étude mais la chaleur de leur mère a remplacé l'incubateur pendant ces heures, a détaillé Ruth Feldman. Nous pensions que la proximité du corps de la mère serait bénéfique pour les enfants pour diverses raisons, comme l'attachement ou l'autorégulation.”

L’amygdale et l’insula en cause

Pendant les deux décennies de suivies, les chercheurs se sont régulièrement entretenus avec les enfants et leurs familles. Ils ont évalué leurs interactions et la “synchronie sociale mère-enfant”. “Au fil du temps, les interactions sont devenues plus positives et une complicité s’est installée”, a noté la chercheuse. Au début de l'âge adulte, ils ont évalué le cerveau des enfants. “Nous recherchions la capacité du cerveau à faire preuve d'empathie avec les sentiments des autres, de la tristesse et la détresse à la joie”, a dévoilé Ruth Feldman.

Les chercheurs ont observé que les zones du cerveau spécifiquement sensibilisées étaient l'amygdale et l'insula, respectivement le centre d'identification non conscient des émotions et la zone où l’on intègre les signaux de son propre corps avec les signaux de l'état émotionnel d'une autre personne. “Ces deux domaines ont été sensibilisés par la synchronisation à vie pour mieux fonctionner, pour être mieux en mesure d'avoir de l'empathie avec les autres”, estime la professeure en neuroscience.

Notre cerveau est résilient 

Pour les chercheurs, les premières années de la vie sont les plus importantes. “Les parents deviennent plus sensibles aux signaux de leur bébé lorsqu'ils sont régulièrement en contact direct, même si ce n'est pas peau à peau, avance le Dr Michael Yogman, pédiatre à Cambridge Health Alliance dans le Massachusetts, cité dans l’étude. Cela commence à synchroniser les biorythmes, les rythmes circadiens, les variations hormonales et les changements dans le cerveau que l’étude documente.”

Pour les enfants prématurés qui n’ont pas pu recevoir de contact au cours des premières semaines de vie, rien n’est perdu. “Lorsqu'ils sont rentrés chez eux avec des parents aimants et réconfortants, ils ont quand même développé des sentiments d’empathie, a observé Michael Yogman. Notre cerveau est résilient, tout n'est pas perdu, mais cette étude montre que la présence des parents dans les premières années de la vie est essentielle.”

Les pères ne sont pas en reste

Cette étude s’intéresse exclusivement au rapport entre l’enfant et sa mère mais les chercheurs rapportent que l’impact du père peut être assez similaire. “Lorsque les pères sont engagés dans les soins aux nourrissons, il existe des voies qui rendraient les pères tout aussi bénéfiques pour le bébé, poursuit Ruth Feldman. Je suppose que toute relation aimante et stable dans la vie de l'enfant est importante. Je pense également que les parents seront probablement plus bénéfiques que les grands-parents pour le développement du bébé mais les grands-parents pourraient s’avérer très utiles.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité