• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Ménopause

La durée de fertilité des femmes américaines s'allonge

La durée de fertilité des Américaines serait plus longue en raison d'une ménopause naturelle arrivant plus tardivement. Ce dernier élément pourrait influencer le développement de certaines maladies.

La durée de fertilité des femmes américaines s'allonge Ava_Marie/iStock

  • Publié le 16.04.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'âge moyen de la ménopause pour les femmes américaines est passé de 48,4 ans à 49,9 ans entre 1959 et 2018
  • L'apparition de leurs premières règles est passé sur le même temps de 13,5 ans à 12,7 ans

"Si la durée de vie reproductive est plus longue, cela signifie que les femmes sont toujours exposés aux œstrogènes naturels, ce qui les aidera également à retarder l’apparition de certaines maladies comme les pathologies cardiovasculaires, l'ostéoporose, et même dans une certaine mesure le cancer", estime Duke Appiah, co-auteur d’une lettre de recherche publiée par le Journal of the American Medical Association (JAMA) et intitulée "Évolutions de l'âge de la ménopause naturelle et de la durée de vie reproductive chez les femmes américaines, 1959-2018. Pour parvenir à leurs conclusions, les chercheurs ont analysé les données de 7 773 femmes âgées de 40 à 74 ans au moment de l'enquête et qui avaient atteint la ménopause naturelle. 

En moyenne, les Américaines sont ménopausées à 49,9 ans

La ménopause correspond à période de la vie d'une femme marquée par l'arrêt de l'ovulation et la disparition des règles. Elle intervient généralement entre 45 et 55 ans. Grâce aux données de ces 7 773 Américaines, les scientifiques ont conclu que l'âge moyen auquel elles avaient atteint la ménopause de façon naturelle était passé de 48,4 ans à 49,9 ans entre 1959 et 2018. En revanche, l'âge moyen à la ménarche - période d’apparition des premières règles au cours de la puberté - a diminué. Il est passé de 13,5 ans à 12,7 ans. Ces deux phénomènes ont donc augmenté de plus de deux ans la durée moyenne de la vie reproductive des Américaines, de 35 ans à 37,1 ans. 

Etre ménopausée jeune favoriserait le développement de maladies cardiovasculaires

"Ces caractéristiques ont une signification clinique, mais nous voulions voir s'il y avait eu des changements d'âge de la ménopause, de la durée de vie reproductive et de l’âge à la ménarche aux États-Unis au cours des 60 dernières années, explique Duke Appiah. Si cela changeait, nous voulions savoir quels facteurs étaient éventuellement associés à ces changements. Peu d'études ont été menées aux États-Unis pour examiner les tendances de l'âge de la ménopause. Si nous pouvons voir certains des facteurs associés à une ménopause naturelle à un âge précoce, peut-être allons-nous pouvoir intervenir". Autrement dit, à terme, prévenir ou guérir en développant de nouveaux traitements. Ainsi, selon Duke Appiah, les femmes qui entrent en ménopause entre 40 et 45 ans auraient un risque plus élevé de développer une maladie cardiovasculaire, tandis que celles qui sont ménopausées après l'âge de 50 ans ont un risque plus élevé d’avoir un cancer du sein. Il s’agit de la première étude essayant d’établir un lien entre l’âge de la ménopause et le développement de certains problèmes de santé. 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer les différences d’âge d’entrée en ménopause

Outre l’âge, les scientifiques estiment également que l’origine ethnique, les mauvaises conditions économiques et sociales ou encore le tabagisme seraient associés à un âge plus précoce d’apparition de la ménopause naturelle et à une durée de vie reproductive plus courte. En revanche, les personnes ayant fait des études et ayant utilisé des contraceptifs oraux atteignaient généralement la ménopause naturelle à un âge plus avancé et avaient une durée de vie reproductive plus longue.

Mais les scientifiques soulignent que certains facteurs importants n’ont pas été évalués, tels que l’alimentation, l’accès aux soins, l’obésité ou encore les facteurs environnementaux. Pourtant, ceux-ci peuvent avoir une forte incidence sur la santé et la fertilité des femmes. A l’avenir, Duke Appiah souhaite poursuivre ses recherches en cherchant à préciser en quoi l’âge de la ménopause et la durée de vie reproductive pourraient influencer la santé globale des femmes.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité