• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Vieillissement

Cette particularité génétique que partagent les centenaires

Les personnes qui vivent au-delà de 105 ans ont un bagage génétique unique qui permet une meilleure réparation de l'ADN et prolonge leur espérance de vie.

Cette particularité génétique que partagent les centenaires Aania/iStock

  • Publié le 05.05.2021 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les centenaires ont un mécanisme de réparation de l'ADN, notamment au travers des gènes COA1 et STK17A, qui protège ces personnes contre les maladies liées à l'âge.
  • Le faible nombre de mutations génétiques permet aux centenaires d'éviter l'augmentation des mutations perturbatrices liées à l'âge.

Les secrets de la longévité des centenaires se révèlent petit à petit. Il y a quelques années, des chercheurs japonais ont suggéré que la clé pourrait se trouver dans le système immunitaire. Dans une nouvelle recherche, parue le 4 mai dans la revue eLife, des scientifiques italiens de l’université de Bologne avancent que les personnes qui vivent au-delà de 105 ans ont un bagage génétique unique plus efficace pour réparer l'ADN.

Le premier séquençage génétique détaillé 

Pour la première fois, des chercheurs ont décodé le génome de centenaires avec beaucoup de détails, fournissant des indices sur les raisons pour lesquelles ces personnes vivent si longtemps et parviennent à éviter les maladies liées à l'âge. “Le vieillissement est un facteur de risque courant pour plusieurs maladies et affections chroniques, poursuit Paolo Garagnani, auteur principal de l’étude. Nous avons choisi d'étudier la génétique d'un groupe de personnes qui vivent au-delà de 105 ans et de les comparer à un groupe de jeunes adultes de la même région en Italie, car ces personnes ont tendance à éviter de nombreuses maladies liées à l'âge et représentent donc le meilleur exemple de vieillissement en bonne santé.”

Précisément, les chercheurs ont recruté 81 personnes de plus de 105 ans et les ont comparées à 36 personnes en bonne santé de la même région, âgées en moyenne de 68 ans. Ils ont prélevé des échantillons de sang de tous les participants et effectué un séquençage du génome entier pour rechercher des différences dans les gènes entre les groupes plus âgés et plus jeunes. Ils ont ensuite recoupé leurs résultats avec les données génétiques d'une autre étude publiée précédemment qui a analysé 333 Italiens âgés de plus de 100 ans et 358 personnes âgées d'environ 60 ans.

Des mécanismes génétiques de réparation de l’ADN

L’étude a permis d’identifier cinq changements génétiques communs à toutes les personnes de plus de 105 ans au niveau de deux gènes appelés COA1 et STK17A. Lorsqu'ils ont recoupé leurs résultats avec les données tirées de la recherche publiée précédemment, ils ont trouvé les mêmes variantes chez les centenaires. Les données acquises à partir d'analyses informatiques ont prédit que cette variabilité génétique module probablement l'expression de trois gènes différents mais les changements génétiques les plus fréquemment observés sont liés à une activité accrue du gène STK17A dans certains tissus.

Ce gène est impliqué dans trois domaines importants pour la santé des cellules, précisent les chercheurs. Il permet de coordonner la réponse de la cellule aux dommages causés à l'ADN, d'encourager les cellules endommagées à subir une mort cellulaire programmée et de gérer la quantité d'espèces réactives dangereuses de l'oxygène dans une cellule. Ces processus sont impliqués dans l'initiation et la croissance de nombreuses maladies telles que le cancer. 

Le gène COA1 est lui connu pour être impliqué dans la communication entre le noyau cellulaire et les mitochondries qui produisent l’énergie dans nos cellules et dont le dysfonctionnement est un facteur clé du vieillissement. Par ailleurs, cette même région du génome est liée à une expression accrue de BLVRA dans certains tissus, un gène qui est important pour la santé des cellules en raison de son rôle dans l'élimination des espèces réactives dangereuses de l'oxygène (ERO) qui peuvent être toxiques.

Moins de mutation dans les gènes

Des études antérieures ont montré que la réparation de l'ADN est l'un des mécanismes permettant une durée de vie prolongée pour toutes les espèces, détaille Cristina Giuliani, co-autrice de l'étude. Nous avons montré que cela est vrai aussi chez les humains et les données suggèrent que la diversité naturelle des personnes atteignant les dernières décennies de la vie est, en partie, liée à la variabilité génétique qui donne aux centenaires la capacité particulière de gérer efficacement les dommages cellulaires au cours de leur vie.”

Les chercheurs ont également mesuré le nombre de mutations naturelles que les personnes de chaque groupe d'âge ont accumulé tout au long de leur vie. Ils ont constaté que les personnes âgées de plus de 105 ans ont beaucoup moins de mutations dans six des sept gènes testés. Ces personnes semblent éviter l'augmentation des mutations perturbatrices liées à l'âge, ce qui peut avoir contribué à les protéger contre les maladies cardiaques.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité