• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Aux États-Unis

Un siècle plus tard, le mystère de la «maison hantée» élucidé : les hallucinations étaient dues au monoxyde de carbone !

C'est une histoire de fantômes comme on les aime, qui remonte à plus de 100 ans. Aux États-Unis, une famille qui a passé l'hiver dans une vieille maison a été confrontée à une série d'événements plus étranges les uns que les autres, les laissant penser que leur lieu d'habitat était hanté. Mais une enquête scientifique a trouvé une toute autre cause à leur mésaventure. Et elle n'avait rien de surnaturel.

Un siècle plus tard, le mystère de la \ Witthaya

  • Publié le 10.05.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


En 1912, la maison de Mme H et de son mari G est réduite à néant après un incendie. Contraint de trouver un logement en urgence pour passer l'hiver, le couple emménage dans une maison délabrée, quasi inoccupée depuis une dizaine d'années. Rapidement, Mme H. observe un phénomène étrange : la partie de la maison située du côté de la rue était constamment ensoleillée, alors qu'aucune source de lumière ne semblait pénétrer par les fenêtres. 

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : les habitants de la maison, rejoints entre temps par leurs enfants, commencent à entendre des sons étranges, à sentir des présences "invisibles" autour d'eux et à avoir des hallucinations. La famille en conclut que la maison est hantée.  

Décidé à trouver une explication plus "rationnelle" qu'un phénomène paranormal, un proche du couple décide de faire appel à un scientifique. L'enquête ne tarde pas à fournir une réponse : les habitants ont été victimes d'intoxication au monoxyde de carboneun gaz incolore et inodore qui peut s'avérer toxique pour les humains en cas d'exposition prolongé. 

Un symptôme fréquent de l'intoxication au monoxyde de carbone

Selon le scientifique, cette exposition au monoxyde de carbone était liée à une chaudière défectueuse, dont les résidus de fumée se seraient introduits dans les chambres des occupants par les cheminées. Des examens réalisés par un ophtalmologue sur les enfants de la famille quelques années plus tard ont permis de confirmer cette théorie. 

"Rien, en dehors de l'exposition à un gaz toxique, n'a pu être trouvé en relation de cause à effet avec la perturbation oculaire", expliquaient les scientifiques dans un article relayé par l'American Journal of Ophtalmology en février 1921. Si l'histoire ne date pas d'hier, elle n'est pas la seule à avoir fait couleur de l'encre à ce sujet. Les hallucinations sont en effet un symptôme courant des intoxications au monoxyde de carbone, à tel point qu'ils sont fréquemment associés à "des histoires de fantômes" ou de "maison hantée".

Et s’ils constituent sans doute une excellente base scénaristique pour les films d'épouvante, ces empoisonnements n'en restent pas moins très dangereux. Selon des estimations de Santé Publique France, environ 1 000 foyers français sont victimes chaque année d’une intoxication accidentelle au monoxyde de carbone. Un grand nombre de ces accidents ont lieu en hiver et sont liés à des défaillances ou un mauvais entretien des appareils de chauffage. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité