• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Neuroscience

Cerveau : quels sont les neurones qui nous rendent curieux ?

Un nouveau circuit cérébral sous-jacent à la curiosité et au comportement de recherche de nouveauté a été identifié dans la “zone incertaine” du cerveau.

Cerveau : quels sont les neurones qui nous rendent curieux ? jacoblund/iStock

  • Publié le 23.06.2021 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les scientifiques ont identifié tout un chemin à travers plusieurs régions cérébrales qui convertit la curiosité en action.
  • Cela permet de commencer à comprendre comment la curiosité l'emporte parfois sur l'envie de sécurité et pourquoi certaines personnes sont plus curieuses que d'autres.

La curiosité est le moteur de l’exploration et des nouvelles découvertes. Elle est également aussi essentielle et intrinsèque à la survie que la faim. Les mécanismes cérébraux sous-jacents à la curiosité et au comportement de recherche de nouveauté n'étaient pas connus. Des chercheurs néerlandais de l’institut des neurosciences sont parvenus à identifier le circuit cérébral responsable de la curiosité et ont affirmé que la “zone incertaine” du cerveau en est responsable. Leurs résultats ont été présentés le 14 mai dans la revue Science.

La région cérébrale et des neurones spécifiques identifiés

Les recherches des circuits cérébraux en action ont été menées sur des souris. “Malgré des techniques bien développées pour étudier les circuits cérébraux de la souris, il existe de nombreux résultats controversés et différents dans le domaine du comportement motivationnel, affirme Alexander Heimel, auteur principal de l’étude. Par conséquent, nous avons choisi une solution simple pour mener nos recherches : donner à la souris la liberté de choisir ce qu'elle veut.”

Les chercheurs ont examiné les rongeurs pendant diverses expériences d'interactions sociales et ont découvert un circuit cérébral spécifique au type de cellule du comportement de recherche de curiosité et de nouveauté. “En augmentant l'activité cérébrale dans une région spécifique du cerveau, la ‘zone incertaine’, l'interaction avec les congénères et les nouveaux objets par rapport aux objets familiers et à la nourriture a augmenté, a constaté Mehran Ahmadlou, qui travaille à l’institut des neurosciences et a participé à l’étude. Lorsque nous avons inactivé les cellules de cette région, la profondeur et la durée de l'enquête ont diminué.” De plus, les chercheurs ont découvert que des neurones spécifiques étaient plus actifs lors d'une enquête approfondie que lors d'une enquête superficielle.

Le chemin de la curiosité

En observant de plus près, les scientifiques ont identifié tout un chemin à travers plusieurs régions cérébrales qui convertit la curiosité en action. “C'est la première fois que cette voie est décrite, se réjoui Alexander Heimel. Maintenant, nous pouvons commencer à comprendre, par exemple, comment la curiosité l'emporte parfois sur l'envie de sécurité et pourquoi certaines personnes sont plus curieuses que d'autres.”

La “zone incertaine” du cerveau est encore méconnue et pouvoir la connaître mieux pourrait permettre de mieux comprendre comment la curiosité mène au comportement. “Nous savons encore peu de choses sur cette zone chez l'homme, car elle est située profondément dans le cerveau et il est difficile de mesurer l'activité avec des scanners cérébraux”, explique Alexander Heimel. Le développement de nouvelles techniques d’imagerie permettrait d’en apprendre plus, conclut-il.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité