• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Candy Crush

Jeux sur smartphone : pour combler l’ennui, attention à ne pas déclencher une addiction !

En jouant à des jeux sur smartphone pour rompre l’ennui, le risque est d’y passer de plus en plus de temps jusqu’à développer une addiction. 

Jeux sur smartphone : pour combler l’ennui, attention à ne pas déclencher une addiction ! diego_cervo/istock

  • Publié le 21.07.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 270 millions de personnes jouent à Candy Crush dans le monde.
  • D’après le Daily Mail, le jeu est particulièrement plébiscité par les femmes de 25 à 55 ans.
  • Depuis 2018, l’addiction aux jeux vidéos est reconnue comme une maladie par l’Organisation mondiale de la santé.

Tuer le temps dans les transports en commun, patienter avant un rendez-vous ou s’occuper pendant une pause : il y a mille et une raisons de jouer à des jeux sur smartphone. S’ils permettent de se divertir facilement, des chercheurs canadiens démontrent qu’il y a un risque d’addiction, particulièrement lorsqu’on y joue pour lutter contre l’ennui. Leurs travaux, réalisés sur ce sujet, ont été publiés dans la revue spécialisée Computers in Human Behavior. 

Un cercle vicieux 

Chanel Larche et Michael Dixon, les deux auteurs de l’étude, ont recruté 60 personnes pour cette étude : toutes jouaient au jeu Candy Crush, dont le principe repose sur des bonbons colorés, qu’il faut associer pour les faire s’écraser et accumuler des points. Les personnes jouaient à des niveaux allant de 77 à 3307. Plus le niveau est élevé, plus le jeu devient difficile : "ce qui signifie qu’il y avait un déséquilibre dans la balance challenge - compétences, une faible intensité et une faible excitation", précisent les auteurs de l’étude à propos du niveau le plus facile, en comparaison à un niveau plus élevé, qui était plus stimulant et donnait davantage envie de continuer à jouer. Les scientifiques ont souhaité déterminer si les joueurs avaient plus envie de continuer lorsqu’il y avait de l’intensité ou lorsqu’il n’y en avait pas. En parallèle, ils ont récolté des informations sur les participants. D’après leurs résultats, les personnes qui jouent car elles s’ennuient sont plus immergées dans le jeu que les autres. "Ceux qui jouent pour s’échapper ressentent davantage d’intensité et d’effets positifs, en comparaison aux autres joueurs, ce qui genre un cercle vicieux où les jeux vidéos deviennent un remède contre les états dépressifs", constate Michael Dixon. 

Un risque d'addiction

Selon lui, jouer à des jeux sur téléphone est un mauvais réflexe : "Même si cela améliore l’humeur, cela créé un besoin urgent de continuer à jouer." Il estime qu’un temps de jeu prolongé et répété peut conduire à l’addiction, et réduire le temps disponible pour d’autres activités, jugées plus saines. "Cela peut aggraver la dépression", alerte-t-il. Chanel Large recommande aux développeurs de ces jeux sur smartphone de développer des outils pour réduire les risques, comme une option pour limiter le temps de jeu. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité