• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Mal de dos

Lombalgie : les relaxants musculaires sont-ils vraiment efficaces ?

Couramment prescrits pour soulager la lombalgie aiguë, les relaxants musculaires seraient, selon une nouvelle étude, largement inefficaces à long terme pour traiter les douleurs lombaires.

Lombalgie : les relaxants musculaires sont-ils vraiment efficaces ? catinsyrup/iStock

  • Publié le 28.07.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les antispasmodiques et antispasmodiques non benzodiazépine peuvent être prescrits en cas de lombalgie
  • En cas de lombalgie, les antispasmodiques non-benzodiazépines réduisent l'intensité de la douleur au bout de deux semaines, mais pas de manière significative.
  • Cette réduction de la douleur n'est en revanche plus observée à partie de la 3e semaine de traitement. 
  • De plus, ces médicaments sont associés à un risque accru d'effets indésirables.
  • Une vaste étude relativise fortement leur efficacité en cas de douleur aigüe dans le bas du dos

Souvent appelé lumbago ou tout simplement mal de dos, la lombalgie aiguë se caractérise par la survenue d’une douleur vive dans la partie basse du dos juste au-dessus du bassin. Elle apparaît brutalement, généralement à la suite d’un effort de soulèvement ou de rotation du dos, et peut être très intense : on parle parfois d'une sensation de "coup de poignard" dans le dos.

Si le lumbago se guérit mieux en continuant à vaquer à ses activités, la prescription de relaxants musculaires est courante, parmi lesquels des antispasmodiques et des antispasmodiques non-benzodiazépines. Pourtant, selon une nouvelle étude publiée dans le BMJ, ces relaxants musculaires ne sont pas toujours efficaces pour soulager à long terme les patients souffrant de lombalgie aiguë.

Pas d’effets autres qu’à court terme

Ces conclusions font suite à la méta-analyse de 31 études portant sur l’efficacité des relaxants musculaires, et impliquant plus de 6 500 participants. Les résultats suggèrent que dans les deux premières semaines de traitement, les antispasmodiques non-benzodiazépines réduisent davantage la lombalgie aiguë que dans le groupe témoin. Les antispasmodiques agissent pour réduire les spasmes musculaires. Parmi cette classification, se trouve les antispasmodiques non-benzodiazépines, qui agissent sur la moelle épinière ou le tronc cérébral du patient. La cyclobenzaprine, le carisoprodol et la métaxalone en sont des exemples.

Toutefois, bien que ces médicaments présentent des résultats statistiquement significatifs, le degré de certitude de leur efficacité est très faible, pointe la méta-analyse. Les résultats montrent que leur effet est trop faible pour atteindre les seuils cliniques. 

De plus, de la troisième à la treizième de traitement, aucune réduction de la douleur n'a été observée dans le groupe traité par rapport au groupe témoin. Cela suggère que les antispasmodiques non-benzodiazépines présentent un avantage par rapport aux traitements non-musculaire, mais seulement dans les deux premières semaines de traitements. Les relaxants antispasmodiques autres que les benzodiazépines n'avaient cependant que peu ou pas d'effet sur la douleur et ce, peu importe la durée du traitement.

Des effets secondaires indésirables

Autre constat soulevé par la méta-analyse : la prise d'antispasmodiques autres que les benzodiazépines en cas de lombalgie aiguë est associée à un risque accru d'effets indésirables, mais pas d'effets graves, par rapport à un groupe témoin.

Ainsi, les patients prenant ce type de traitement sont plus susceptibles de l’arrêter que les patients prenant des antispasmodiques non-benzodiazépines en raison des effets indésirables du traitement.

Selon les auteurs, ces conclusions, bien que significatives, n'affecteront probablement pas la pratique clinique en raison de la faible certitude des données. Ils plaident toutefois pour la réalisation d’"essais contrôlés par placebo de grande envergure, de haute qualité" pour "pour résoudre les incertitudes concernant l'efficacité et l'innocuité des relaxants musculaires pour les douleurs lombaires".

"Nous encourageons les cliniciens à discuter de cette incertitude quant à l'efficacité et à l'innocuité des relaxants musculaires avec les patients, en partageant des informations sur la possibilité d'un bénéfice valable dans la réduction de la douleur mais un risque accru de subir un événement indésirable non grave, afin de leur permettre de faire des décisions de traitement", concluent-ils.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité