• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Neuroscience

Motivation : tout dépend de comment notre cerveau gère la fatigue

Une première fatigue née dans l’exécution d’une tâche mais peut disparaître après un court repos mais, au fil du temps, une seconde fatigue apparaît et empêche la poursuite des tâches en cours, même s’il y a une récompense à la clé.

Motivation : tout dépend de comment notre cerveau gère la fatigue fizkes/iStock

  • Publié le 02.08.2021 à 09h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les deux types différents de fatigue ont été repéré dans des parties distinctes du cerveau.
  • Le striatum ventral indique à quel point la fatigue influence la motivation des gens à continuer à travailler.

La fatigue, c'est-à-dire le sentiment d'épuisement dû à l'accomplissement de tâches exigeantes, est quelque chose que nous vivons tous quotidiennement. Cela nous fait perdre la motivation et nous donne envie de faire une pause. L’influence de la fatigue sur les mécanismes que le cerveau utilise pour décider si une tâche donnée en vaut la peine n’est pas bien comprise. Dans une étude parue le 28 juillet dans la revue Nature Communications, des chercheurs britanniques de l’université d’Oxford ont tenté de mieux comprendre ce processus.

Deux fatigues perceptibles dans différentes parties du cerveau

Les chercheurs ont découvert qu'il existe deux types différents de fatigue qu’ils ont détectés dans des parties distinctes du cerveau. Dans le premier cas, la fatigue est vécue comme une sensation à court terme, qui peut être surmontée après un court repos. Au fil du temps, cependant, un deuxième sentiment à plus long terme s'accumule, empêche les gens de vouloir travailler. Cette fatigue ne disparaît pas avec de courts repos. “Nous avons constaté que la volonté des gens de faire des efforts fluctuait à chaque instant, mais diminuait progressivement à mesure qu'ils répétaient une tâche au fil du temps, explique Tanja Müller, première auteure de l'étude, basée à l'université d'Oxford. De tels changements dans la motivation au travail semblent être liés à la fatigue et nous font parfois décider de ne pas persister.”

L'équipe a testé 36 jeunes personnes en bonne santé sur une tâche informatique. Il leur a été demandé de faire un effort physique pour obtenir différentes quantités de récompenses monétaires. Les participants ont effectué plus de 200 essais et dans chacun, on leur a demandé s'ils préféraient travailler - ce qui impliquait de serrer un dispositif de force de préhension - et obtenir les récompenses les plus élevées, ou se reposer et ne gagner qu'une petite récompense. L'équipe a construit un modèle mathématique pour mesurer la fatigue, et à quel point elle influence la décision de travailler ou de se reposer. Pendant l'exécution de la tâche, les participants ont également subi une IRM, ce qui a permis aux chercheurs de rechercher une activité dans le cerveau correspondant aux prédictions du modèle.

Le cortex frontal et le striatum ventral

Les résultats ont révélé que des zones du cortex frontal du cerveau ont une activité qui fluctue conformément aux prédictions de l’outil mathématique, tandis qu'une zone appelée striatum ventral indique à quel point la fatigue influence la motivation des gens à continuer à travailler. “Ces travaux offrent de nouvelles façons d'étudier et de comprendre la fatigue, ses effets sur le cerveau et les raisons pour lesquelles elle peut changer la motivation de certaines personnes plus que d'autres, déclare le Dr Matthew Apps, auteur principal de l'étude. Cela aide à commencer à comprendre quelque chose qui affecte la vie de nombreux patients, ainsi que des personnes au travail, à l'école et même des athlètes d'élite.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité