• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Peptides

Les migraines protégeraient contre le diabète

Les peptides qui causent la douleur migraineuse pourraient influencer la production d'insuline en régulant la quantité d'insuline sécrétée ou en augmentant le nombre de cellules pancréatiques qui la produisent, protégeant ainsi du développement d’un diabète de type 2.

Les migraines protégeraient contre le diabète peterschreiber.media/iStock

  • Publié le 28.08.2021 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Deux peptides du système nerveux jouent un rôle majeur dans la douleur des migraines et se trouvent également dans le pancréas où ils influencent la libération d'insuline.
  • Avant d'utiliser ces peptides comme option thérapeutique, il faut comprendre leurs effets sur la sécrétion d'insuline.
  • En attendant, les chercheurs craignent que des traitements existant pour soigner la migraine aient pour conséquence involontaire d'augmenter le risque de diabète.

Les migraines et le diabète sont-ils antinomiques ? Une nouvelle étude présentée à l’occasion de la réunion annuelle de l'American Chemical Society (ACS) suggère que les personnes qui souffrent de migraines sont moins susceptibles de développer un diabète de type 2 et que certains patients diabétiques sont moins sujets aux migraines. Cela serait la cause de peptides qui causent la douleur migraineuse qui pourraient influencer la production d'insuline en régulant la quantité d'insuline sécrétée ou en augmentant le nombre de cellules pancréatiques qui la produisent.

Deux peptides impliqués

De prime abord, le lien entre les deux maladies ne semble pas évident. “Les migraines surviennent dans le cerveau, tandis que le diabète est associé au pancréas, et ces organes sont éloignés l'un de l'autre”, détaille Thanh Do, auteur principal de l’étude. Les chercheurs savaient déjà que deux peptides du système nerveux, le peptide lié au gène de la calcitonine (CGRP) et le polypeptide d'activation de l'adénylate cyclase hypophysaire (PACAP), jouent un rôle majeur dans la douleur des migraines. Il s’avère que ces mêmes peptides, ainsi que le peptide apparenté amyline, se trouvent également dans le pancréas où ils influencent la libération d'insuline par les cellules bêta.

De son côté, l’insuline régule la glycémie en aidant les autres cellules du corps à absorber le glucose pour le stocker ou l'utiliser pour produire de l'énergie. Dans le cadre du diabète de type 2, ces autres cellules deviennent résistantes à l'insuline et moins capables d'absorber le glucose, ce qui entraîne une glycémie élevée. Les cellules bêta compensent initialement en augmentant la production d'insuline, mais finissent par s'user et mourir, ce qui aggrave le problème. En raison de leur rôle dans la migraine et le diabète, le CGRP et le PACAP offrent des cibles pour les thérapies qui pourraient traiter l'une ou l'autre de ces conditions. Des médicaments existent mais leur impact sur l’insuline reste mal compris. 

Un processus complexe

Pour mieux comprendre l’activité des peptides et leur influence sur les deux maladies, les chercheurs ont mené une série d’expériences sur des modèles de souris. Ils ont montré que le CGRP abaisse les niveaux d'insuline et également contrer la résistance à l'insuline qui se développe dans le diabète de type 2. Cependant, ce peptide apparaît moins efficace pour réguler l'insuline 1 de la souris, ce qui concorde avec les premières études montrant que les souris avec seulement de l'insuline 1 sont sujettes au diabète.

Cela n’est pas tout puisque la maladie est également associée à l'agrégation d'amyline qui peuvent contribuer aux dommages des cellules bêta, provoquant in fine le diabète de type 2. “Parce que l'amyline et l'insuline sont co-sécrétées par les cellules bêta, l'utilisation du CGRP pour limiter la production d'insuline pourrait également limiter la production d'amyline”, estime Thanh Do. Un mécanisme qui pourrait protéger les cellules et aider à normaliser leur fonction.

Enfin, il reste l’autre peptide, le PACAP, qui jouerait lui aussi un rôle protecteur contre le diabète de type 2. “C'est déroutant puisqu'il a été démontré que PACAP stimule la libération d'insuline, ce qui conduit à une résistance à l'insuline”, souligne l’auteur principal de l’étude. Avec son équipe de chercheurs, il travaille à comprendre comment cela est possible. Les premiers résultats montrent que les actions du PACAP pourraient dépendre de la glycémie. Le peptide régule l'insuline d'une manière dépendante du glucose et favorise la prolifération des cellules bêta, plutôt que d'inciter les cellules bêta existantes à redoubler d’effort, évitant ainsi le risque d'épuiser les cellules existantes.

Des traitements anti-migraines pourraient favoriser le diabète

Malgré ces résultats positifs, vous ne pouvez pas injecter de CGRP et de PACAP dans le corps en tant que stratégies thérapeutiques pour le diabète, car ces peptides provoquent des douleurs migraineuses, conclut Thanh Do. Mais une fois que nous comprendrons comment ils exercent leurs effets sur la sécrétion d'insuline, nous pourrons concevoir des analogues peptidiques capables de contrôler l'insuline sans se lier aux récepteurs de la douleur.” 

En attendant, les chercheurs craignent que des traitements existant anti-CGRP et anti-PACAP pour soigner la migraine aient pour conséquence involontaire d'augmenter le risque de diabète. “De plus, ces peptides sont impliqués dans de nombreuses autres fonctions bénéfiques dans le corps, telles que la dilatation des vaisseaux sanguins”, ont écrit les chercheurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité