• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Rapport de l'Igas

Accompagnement de la grossesse : comment améliorer le métier de sage-femme ?

Elles sont essentielles au bon suivi de la grossesse, mais nombre de sages-femmes estiment aujourd'hui ne pas pouvoir travailler correctement. Pour reformer leurs conditions d'exercice, l'Igas a rédigé un nouveau rapport. 

Accompagnement de la grossesse : comment améliorer le métier de sage-femme ? SerrNovik / istock.

  • Publié le 13.09.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Concernant les sages-femmes, le métier reste majoritairement féminin, avec 22 900 femmes pratiquant cette profession, contre seulement… 641 hommes.
  • Le métier intéresse en particulier les jeunes, puisque l’âge moyen des sages-femmes n’est que de 41,7 ans, et seulement de 36,3 ans pour les sages-hommes.

Grossesse, accouchement, premiers jours de vie du bébé… Les sages-femmes font partie intégrante des moments les plus importants de nos vies. Pourtant, le métier traverse une crise profonde, qui s’est traduite par de fortes mobilisations sociales début 2021.

A la demande du ministre des Solidarités et de la Santé et du secrétaire d’Etat chargé de l’enfance, l’IGAS donc a été missionnée pour analyser la situation et formuler des recommandations sur trois aspects essentiels (et d’égale importance) du métier de sage-femme : leurs missions, leur statut (à l’hôpital) et leur formation.

Une identité professionnelle brouillée 

L’exercice de la profession de sage-femme est centré sur le suivi de la grossesse, l’accouchement, les soins postnataux de la mère et de l’enfant et le suivi gynécologique des patientes. Au fil des années toutefois, leurs missions ont fait l’objet d’extensions successives (en lien avec l’IVG, la vaccination...) "conduisant à brouiller l’identité de ce métier", constate l’Igas dans son nouveau rapportEn outre, si les sages-femmes appartiennent aux professions médicales, leur gestion les rapproche de facto des professionnels paramédicaux, et "les place dans un ‘entre deux’ qui fragilise leur positionnement et leurs interactions régulières avec les autres professionnels du soin", poursuivent les experts.

Augmenter les rémunérations

L’Igas formule ainsi plusieurs recommandations dans son rapport, et notamment :
-      de recentrer le métier de sage-femme sur la prise en charge de la grossesse physiologique et le suivi gynécologique, en se coordonnant avec les différents acteurs du secteur.
-      de définir un statut d’agent public spécifique.
-      d'augmenter sensiblement les rémunérations des sages-femmes, tous modes d’exercice confondus.
-      d'améliorer leurs conditions de travail.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité