• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé cardiovasculaire

Risque cardiaque : les changements de cycle avant la ménopause sont un indicateur

Des allongements ou des rétrécissements de la durée des cycles dans la période pré-ménopause sont un indicateur de la santé cardiovasculaire future. 

Risque cardiaque : les changements de cycle avant la ménopause sont un indicateur fizkes/istock

  • Publié le 13.10.2021 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Un cycle menstruel dure 28 jours en moyenne, mais il est fréquent que cette durée s’allonge avant la ménopause.
  • Ces travaux pourraient participer à un meilleur dépistage des femmes ménopausées à risque.
  • D’autres facteurs peuvent contribuer au risque cardiovasculaire chez les femmes ménopausées, comme la graisse abdominale.

La ménopause est considérée comme un facteur de risque cardiovasculaire. Cette période où les règles s’arrêtent est aussi celle où les hormones cessent de jouer leur rôle protecteur face aux maladies cardiaques. Toutes les femmes ne seront toutefois par concernées. Pour mieux identifier les personnes à risque, une équipe de recherche de l’université de Pittsburgh s’est intéressée aux changements du cycle dans la période pré-ménopause. Leurs travaux sont publiés dans la revue Menopause. 

La rigidité artérielle, un marqueur du risque cardiovasculaire

L’étude a été réalisée à partir des données de plus de 400 femmes. Elles étaient âgées de 42 à 52 ans au début de l’étude, et ont été suivies pendant dix ans. Les scientifiques ont collecté des données sur leurs cycles menstruels avant la ménopause, puis leur risque cardiovasculaire a été évalué grâce à la mesure de la rigidité artérielle. Ce phénomène correspond à un manque de souplesse de ces vaisseaux sanguins, les artères ont du mal à se dilater correctement et le débit sanguin diminue. 

La durée des cycles avant la ménopause compte 

Les chercheurs ont repéré trois trajectoires distinctes dans la durée du cycle menstruel pendant la transition vers la ménopause. Environ 62 % des participantes ont eu des cycles stables qui n'ont pas changé avant la ménopause, tandis qu'environ 16 % et 22 % ont connu une augmentation précoce ou tardive, définie comme une augmentation de la durée du cycle cinq ans ou deux ans avant leur dernière période menstruelle. L’augmentation précoce de la durée des cycles et leur stabilité étaient associées à une plus mauvaise santé artérielle quelques années plus tard, alors que l’augmentation tardive était corrélée à de bons résultats en termes de rigidité artérielle. "Ces résultats sont importants car ils montrent que nous ne pouvons pas traiter les femmes comme un seul groupe homogène, précise l’autrice principale de cette recherche Samar El Khoudary. Les femmes ont des trajectoires de cycle menstruel différentes dans la période pré-ménopause, et cette trajectoire semble être un marqueur de la santé vasculaire."

Quel est le lien entre durée des cycles et risque cardiovasculaire ? 

Les auteurs de cette recherche expliquent que les femmes ayant des cycles courts sont exposées à des niveaux d’oestrogènes plus élevés. Les femmes concernées par les cycles longs et irréguliers seraient ainsi moins protégées par ces hormones. Pour confirmer ces liens et mieux les comprendre, les chercheurs comptent réaliser de nouveaux travaux pour observer les changements hormonaux des femmes pré-ménopausées et ménopausées.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES