• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Quinzaine de la HTA

Hypertension artérielle : mieux la dépister pour éviter les complications

L’hypertension artérielle est une maladie dite silencieuse car généralement asymptomatique. Comment la dépister ? Comment éviter les complications ? Explications. 

Hypertension artérielle : mieux la dépister pour éviter les complications BrianAJackson/iStock

  • Publié le 17.10.2021 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’hypertension artérielle est une maladie silencieuse car elle est généralement asymptomatique.
  • En cas d’hypertension artérielle, prendre son traitement permet d’éviter de graves complications : AVC, attaque cérébrale ou encore insuffisance rénale.

"En France, on estime qu’il y a entre 11 à 14 millions d’hypertendus, assure le Pr Atul Pathak, cardiologue et président de la Société Française d'HyperTension Artérielle (SFHTA). Mais un hypertendu sur deux sait qu’il souffre de cette maladie. Sur ces sept millions environ, un sur deux va être traité.” Il s’agit pourtant de la pathologie chronique la plus fréquente en France selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Elle peut être définie comme une pression anormalement élevée du sang dans les vaisseaux sanguins. La plupart du temps, elle est mesurée à l’occasion de consultations avec son médecin généraliste avec un tensiomètre. Une tension normale est de 120/80. Le premier chiffre est la pression systolique, elle équivaut à la pression maximale, lorsque le cœur se contracte pour se vider de sang. 80 est la pression diastolique, c’est-à-dire minimale lorsque le cœur se relâche pour se remplir. On parle d’hypertension artérielle lorsque ces chiffres dépassent 149/90 au cabinet du médecin et 135/85 à domicile. En cas de suspicion d’hypertension artérielle, le médecin demande souvent au patient de faire des auto-relevés chez lui plusieurs fois par jour pendant trois jours.

Une maladie silencieuse et pourtant dangereuse

Un individu peut être atteint d’hypertension artérielle et n’en ressentir aucun symptôme direct. C’est la raison pour laquelle on parle de maladie silencieuse. Autre possibilité, les signes de manifestation de la pathologie ne sont pas spécifiques : des maux de tête, des bourdonnements aux oreilles, des troubles visuels, des saignements de nez, des sensations de palpitation, parfois des fourmillements dans les extrémités. Des symptômes qui paraissent inoffensifs et dont on ne parle pas toujours au médecin… "Si la maladie a été silencieuse pendant longtemps et qu’elle a atteint d’autres organes, ce sont les atteintes à ces autres organes qui font penser à l’hypertension artérielle, précise le Pr Atul Pathak. Pour le coeur par exemple, le patient peut avoir des douleurs thoraciques ou être essoufflé." Lors des consultations de contrôle, le médecin généraliste mesure systématiquement la tension des patients. Le but est qu’elle puisse être dépistée et traitée dès le début afin d’éviter des complications. En effet, si elle n’est pas prise en charge, elle peut être un facteur de risque pour des pathologies et problèmes cardiovasculaires, cérébrovasculaires, neurodégénératives ou encore du diabète. Selon l’Inserm, l’hypertension artérielle est la première cause d’accident vasculaire cérébral (AVC) évitable. Autrement dit, si l’hypertension artérielle de ces personnes avait été prise en charge, ils n’auraient certainement pas fait d’AVC. 

L’importance de prendre son traitement

"Au départ, l’hypertension artérielle peut se juguler si le patient respecte des règles de vie assez simples comme la perte de poids, pratiquer une activité physique, réduire son apport en sel, sa consommation d’alcool, etc., souligne le Pr Atul Pathak. Si ces mesures ne fonctionnent pas, on passe alors aux traitements médicamenteux qui sont donnés à vie, avec des prises généralement quotidiennes.” L’observance, c’est-à-dire le suivi, du traitement par le patient est essentiel. Le mieux est que les malades choisissent le moment qui les arrange, chaque jour, pour prendre leurs cachets. "Mais si un patient oublie son traitement un jour, il faut mieux qu’il saute la prise et le reprenne normalement le lendemain”, explique le Pr Atul Pathak. Outre un cette prise médicamenteuse quotidienne et le respect de règles d’hygiène de vie, l’hypertension artérielle n’a aucun autre impact dans la vie des personnes qui en sont atteintes… Des consignes contraignantes pour certains mais qui évitent des risques de complications très dangereux et parfois même mortels. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES