• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Quinzaine de la HTA

Contrôle de la HTA : comment éviter «l’effet blouse blanche»

La visite chez le médecin peut être accompagnée de stress, ce qui favorise une pression artérielle élevée et peut révéler une fausse hypertension.

Contrôle de la HTA : comment éviter \ AndreyPopov/iStock

  • Publié le 20.10.2021 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Environ 30% des patients ont une réaction de stress ou d’alerte devant un médecin qui provoque une élévation de leur pression artérielle.
  • Il ne faut pas confondre pression artérielle et hypertension, qui est une maladie chronique.
  • Le diagnostic de la maladie doit donc se faire à domicile avec un contrôle plusieurs fois par jour pendant plusieurs jours de la pression artérielle.

Maladie silencieuse, l’hypertension artérielle (HTA) toucherait, selon une étude de Santé publique France, plus d’un Français sur trois, dont la moitié ignorerait sa condition et ne prendrait donc aucun traitement. Il est donc essentiel de contrôler régulièrement sa tension. Mais attention à l’effet bouse blanche qui peut conduire à de faux résultats. En effet, la visite chez le médecin provoque du stress chez certains patients, conduisant à augmenter leur tension artérielle et à fausser les résultats. 

La définition de la HTA

L’hypertension artérielle résistante est définie par Jacques Amar, coordinateur du service d’hypertension artérielle du CHU de Toulouse, comme “une hypertension où la pression artérielle reste supérieure aux objectifs tensionnels alors que le patient reçoit un traitement antihypertenseur, typiquement trois médicaments comprenant un diurétique.” Concrètement, cela signifie que la pression artérielle reste supérieure à l’objectif recommandé de 140 et/ou 90 mmHg en position assise malgré l’association d’une trithérapie hypertensive et de règles hygiéno-diététiques.

30% des patients concernés par l’effet blouse blanche

Parfois, le dépistage de l’hypertension peut être délicat. “Au cabinet il peut se passer quelque chose d’un peu particulier, ce que l’on appelle l’effet bouse blanche, poursuit le professeur Atul Pathak, cardiologue au centre hospitalier Princesse Grace à Monaco et président de la société française d’hypertension artérielle. Quand ils voient une blouse blanche, certains patients, on pense 30%, ont une réaction de stress ou d’alerte qui fait qu’ils ont une élévation de leur pression artérielle mais qui ne veut pas dire qu’ils ont une hypertension artérielle maladie. Souvent nos patients confondent pression artérielle et l’hypertension, qui est une maladie chronique.”

Pour éviter ce risque, les médecins demandent aux patients de mesurer leur pression artérielle à leur domicile. “ Au cabinet c’est du dépistage, l’identification d’un signal mais ce n’est pas le diagnostic qui se fait en dehors du cabinet du docteur, affirme Atul Pathak. Ce dépistage se fait selon des protocoles, que les médecins partagent, de mesures répétées le matin, le soir pendant plusieurs jours de suite Si la moyenne de ces pressions artérielles au domicile est supérieure à 135 – 85, ou 13,5 – 8,5, alors, c’est le signe d’une véritable hypertension artérielle.”

Ci-dessous, l'émission Questions aux Experts sur le thème : "L'hypertension, une maladie silencieuse mais dangereuse" :

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES