• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Neurologie

La vitesse de progression de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau découverte

Cinq ans sont nécessaires pour que le nombre des protéines toxiques responsables de la maladie Alzheimer double dans le cerveau.

La vitesse de progression de la maladie d’Alzheimer dans le cerveau découverte libre de droit / istock.


  • Publié le 30.10.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Aujourd'hui, la maladie d'Alzheimer est la plus fréquente des maladies neurodégénératives.
  • Chaque année, 225 000 nouveaux cas sont recensés.

5 ans. Pour la première fois, des chercheurs ont pu évaluer à quelle vitesse les protéines tau, responsables de la maladie d’Alzheimer, évoluent dans le cerveau.

Des cerveaux humains analysés

Leur étude, publiée dans Science Advances, est d’autant plus novatrice qu’elle a été effectuée sur des cerveaux humains, alors que les recherches sur la maladie d’Alzheimer se font d’habitude plutôt sur des souris. Ainsi, les scientifiques ont pu constater que, contrairement aux souris, la théorie selon laquelle les amas de protéines toxiques se forment à un seul endroit du cerveau et déclenchent une réaction en chaîne dans d’autres zones ne se vérifie pas chez les humains.

"Deux éléments ont rendu ce travail possible", détaille Georg Meisl, chimiste à l’université de Cambridge et l’un des auteurs de l’article. "D’abord l’étude de données très détaillées venant de TEP-scan (un type d’examen par imagerie médicale, nldr) et de divers ensembles de données rassemblés, et les modèles mathématiques qui ont été développés au cours des dix dernières années", poursuit-il.

100 TEP-scan passés au crible

Pour suivre l’agrégation des protéines toxiques, son équipe a analysé 400 échantillons de cerveau prélevés après la mort de personnes atteintes d’Alzheimer, ainsi que 100 TEP-scan réalisés sur des personnes qui vivent avec la maladie.

"Espérons que cette étude et d’autres permettront d’orienter le développement de futurs traitements ciblant la protéine tau, afin qu’ils aient plus de chance de ralentir la maladie et d’aider les personnes atteintes de démence", conclut dans un communiqué Sara Imarisio, de l’Alzheimer’s Research UK.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES