• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Infectiologie

Comment l'organisme maîtrise le VIH après l'arrêt du traitement antirétroviral

L’organisme de certains patients ayant arrêté leur traitement antirétroviral est capable de contrôler, seul, une infection au VIH.

Comment l'organisme maîtrise le VIH après l'arrêt du traitement antirétroviral Artem_Egorov/istock


  • Publié le 31.10.2021 à 09h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Après l’arrêt de leur traitement antirétroviral, l’organisme de certains patients contrôle toujours l’infection du VIH.
  • Ceux-ci ont soit un taux élevé de lymphocytes TCD8, soit un taux élevé d’anticorps neutralisants.

En France, en 2016, près de 172 700 personnes vivaient avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et environ 6 000 ont appris leur séropositivité, selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Le VIH est à l’origine du Sida, maladie aussi appelée syndrome d’immunodéficience acquise. Il s’agit d’une pathologie qui détruit les défenses immunitaires des personnes qui en sont atteintes. En France, depuis 2013, ces patients sont généralement pris en charge avec un traitement antirétroviral au moment du diagnostic, quel que soit le stade de l’infection. Celui-ci a plusieurs atouts : d'abord, il rend la charge virale indétectable dans le sang et dans les sécrétions génitales. Il réduit aussi le risque de morbidité sévère et de transmission du virus à un tiers. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Medicine, deux mécanismes pourraient permettre à l'organisme de contrôler la réplication du VIH sans l'aide des antirétroviraux.

Lymphocytes TCD8

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs ont suivi deux patients séropositifs qui ont arrêté leur traitement antirétroviral. Pour le premier, la durée de cette pause a été de trois ans et demi. Les scientifiques l’ont suivi pendant tout ce temps et ont finalement observé que son immunité était parvenue à contrôler la réplication du virus, et ce même sans prise d’antirétroviraux. La raison, selon les chercheurs, est que ce patient avait un taux très élevé de lymphocytes TCD8, qui sont capables de détruire les cellules infectées par le VIH. 

Anticorps

Quant au second patient, son organisme a aussi réussi à contrôler le virus sans antirétroviraux pendant près de quatre ans. À la fin de cette période, celui-ci est soudainement réapparu à cause d’une superinfection, c’est-à-dire une infection par une autre souche du VIH. À l’inverse du premier, le taux de lymphocytes TCD8 du second patient n’était pas élevé. En revanche, il avait des anticorps neutralisants spécifiques du VIH très efficaces. Ces résultats suggèrent donc que, via deux mécanismes distincts, l’organisme de certains patients atteints du Sida serait capable de lutter contre le VIH même après avoir arrêté leur traitement antirétroviral. À terme, cette découverte pourrait permettre de développer de nouvelles prises en charge pour les personnes séropositives. 

Se protéger avant tout

Malgré toutes les innovations thérapeutiques dans la prise en charge de la maladie du Sida, il ne faut pas pour autant arrêter de se protéger. Le VIH peut se transmettre par le sang, le lait maternel, le sperme et les sécrétions vaginales. Lors de rapports sexuels avec un nouveau partenaire, il est donc essentiel de mettre un préservatif masculin ou féminin. Un réflexe à garder jusqu’à ce que les deux personnes aient fait une prise de sang prouvant leur non séropositivité. 

A l’échelle mondiale, 36,9 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2017. Depuis le début de l’épidémie, ce virus a déjà fait plus de 35 millions de morts. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES