• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Système immunitaire

Covid long et effets secondaires des vaccins : des anticorps qui «imiteraient» le virus ?

Un type d'anticorps, dit anti-idiotype, peut agir comme l'antigène, présent sur le virus, et induire le système immunitaire en erreur. 

 Covid long et effets secondaires des vaccins : des anticorps qui \ wildpixel/istock

  • Publié le 26.11.2021 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les anticorps sont l’un des éléments fondamentaux de la réponse immunitaire.
  • L’antigène est une sous-partie d'un agent pathogène qui génère la formation d’anticorps.
  • Les vaccins contiennent des formes affaiblies ou neutralisées d’un antigène.

Une personne infectée par la Covid-19 sur quatre souffre de symptômes persistants de la maladie. Elles sont atteintes d’une forme de "Covid long", caractérisée par la fatigue, des douleurs thoraciques, des difficultés de concentration ou encore des insomnies. En parallèle, des personnes vaccinées peuvent subir des effets secondaires : des réactions allergiques, une myocardite ou une thrombose. Pour des chercheurs de l’université de Californie, il y a un point commun entre le Covid long et les réactions à la vaccination : notre système immunitaire. Dans The New England Journal of Medicine, ils expliquent que ces deux phénomènes pourraient être le résultat d’une réponse immunitaire.

Des anticorps qui s’auto-détruisent 

Les deux auteurs principaux de l’auteur, William J. Murphy et Dan L. Longo, se sont appuyés sur différents travaux d’immunologie pour réaliser leur recherche. Ils estiment que la théorie du réseau idiotypique pourrait expliquer en partie ces réactions immunitaires. Cette hypothèse a été formulée par Niels Jerne, qui a été récompensé d’un prix Nobel en 1984 pour son travail : il existe un moyen pour le système immunitaire de réguler les anticorps. Lorsque le système immunitaire détecte un antigène, soit un composé d’un virus ou d’une bactérie, il envoie des anticorps pour le détruire. Niels Jerne explique que ces anticorps peuvent plus tard s’auto-détruire. Ces anticorps secondaires, appelés anticorps anti-idiotypes, peuvent agir comme l'antigène d’origine. "Un aspect fascinant des anticorps anti-idiotypes est que certaines de leurs structures peuvent être une image miroir de l'antigène d'origine et agir comme lui en se liant aux mêmes récepteurs que l'antigène viral, explique William J. Murphy. Cette liaison peut potentiellement conduire à des effets indésirables et à une pathologie, en particulier à long terme."

Comment appliquer ces hypothèses à la Covid-19 ?

En cas d’infection par la Covid-19, le virus, SRAS-CoV-2, pénètre dans le corps, sa protéine de pointe, appelée Spike, se lie au récepteur ACE2, pour entrer dans la cellule. Le système immunitaire réagit en produisant des anticorps protecteurs qui s’attachent au virus pour bloquer ses effets et le neutraliser. Mais ces anticorps peuvent également provoquer les mêmes réponses immunitaires avec des anticorps anti-idiotypes. Au fil du temps, ces réponses anti-idiotypes peuvent éliminer les anticorps protecteurs initiaux et potentiellement entraîner une efficacité limitée des thérapies à base d’anticorps. Les auteurs estiment que les anticorps anti-idiotypes sont capables de cibler les récepteurs ACE2. En bloquant ou en déclenchant ces récepteurs, ils pourraient affecter certaines fonctions de l’ACE2. "Compte tenu de la large distribution des récepteurs ACE2 sur de nombreux types de cellules, il serait important de déterminer si ces réponses immunitaires régulatrices pourraient être responsables de certains des effets indésirables ou durables signalés", ajouté William J. Murphy. Selon les deux auteurs, les études actuelles sur les réponses anticorps aux vaccins se concentrent principalement sur les réponses protectrices initiales et sur l'efficacité dans la neutralisation du virus, plutôt que sur les autres conséquences à long terme. "Avec l'impact incroyable de la pandémie et notre dépendance aux vaccins comme arme principale, il existe un immense besoin de recherche scientifique plus fondamentale pour comprendre les voies immunologiques complexes en jeu", souligne William J. Murphy.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES