• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Médicaments anti-Covid : la pilule de Merck serait bien moins efficace que prévu

Le molnupiravir, un traitement contre la Covid-19, ne réduirait que de 30% les risques de développer une forme grave de la maladie. Un résultat en baisse par rapport aux précédents essais cliniques qui estimaient ce pourcentage à 50%.

Médicaments anti-Covid : la pilule de Merck serait bien moins efficace que prévu ClaudioVentrella/istock


  • Publié le 27.11.2021 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Un traitement anti-covid par voie orale devrait être commercialisé en France à partir du mois de décembre.
  • Celui-ci protège les patients contre les formes graves de la Covid-19 à hauteur de 30% selon les derniers essais cliniques.

C’est une mauvaise nouvelle face à la reprise de l'épidémie : le médicament contre la Covid-19 fabriqué par Merk ne serait pas aussi efficace que prévu, selon un communiqué publié par le laboratoire lui-même ce vendredi 26 novembre. Seulement 30% de risque en moins de développer une forme grave en prenant du molnupiravir, le traitement de Merk commercialisé sous le nom de Lagevrio. Et pourtant, pour lutter contre la cinquième vague, le ministre de la Santé Olivier Véran avait misé sur cet antiviral : 50 000 pilules devraient être livrées à la France d’ici à la fin décembre. 

30% de risque en moins de développer une forme grave

Les précédents essais cliniques estimaient que le molnupiravir pouvait réduire de 50% les formes graves de la maladie… Mais les dernières conclusions du laboratoire diminuent ce pourcentage à seulement 30%. En effet, sur les 709 malades ayant reçu le traitement lors de l'essai clinique, 48 ont été hospitalisés ou sont décédés après avoir été infectés. Soit un pourcentage de 6,8%. Dans le groupe ayant eu un placebo, ce ratio était de 78 pour 699 patients, soit 9,7%. Lorsqu'un patient prend ce médicament, le risque n’est donc réduit que de 30 %. “C’est mieux que rien, mais c’est décevant, a réagit Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines dans le journal Le Parisien. Et on ne peut pas exclure que, dans la vraie vie, ce produit soit encore moins efficace”. 

Les instances de santé étudient la demande de mise sur le marché

L'utilisation du molnupiravir a été autorisée au Royaume-Uni. Quant à l’Agence américaine des médicaments (La Food and Drug Administration - FDA) et à l’Agence européenne des médicaments (EMA), elles examinent actuellement et respectivement les demandes d'autorisation de mise sur le marché d'urgence faites par le laboratoire Merck. L’EMA devrait se prononcer définitivement d’ici quelques semaines.  

Un traitement qui reste intéressant pour limiter les formes graves de la maladie

Cela (les résultats du dernier essai clinique) ne change absolument rien, les évaluations sont en cours et nous allons transmettre des données auprès de l’ANSM (L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et de la HAS (Haute Autorité de Santé), a affirmé Clarisse Lhoste, présidente de MSD France, la filiale française du laboratoire Merck, au HuffPost. Au vu de la situation épidémique, la réduction (du risque) reste extrêmement intéressante, suffisamment pour ne rien changer à nos plans d’accès au marché”. En effet, d’après le laboratoire, le molnupiravir reste intéressant pour limiter les formes graves de la Covid-19, notamment chez les adultes à risque.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES