• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pandémie

Traitement Covid-19 : l’OMS écarte la piste du traitement par plasma

Ce 6 décembre, des experts de l’Organisation Mondiale de la Santé ont déconseillé l’utilisation de plasma sanguin d’anciens patients guéris pour soigner les patients souffrant de Covid-19. Selon les données disponibles, cette piste ne serait pas efficace.

Traitement Covid-19 : l’OMS écarte la piste du traitement par plasma kuarmungadd/iStock

  • Publié le 09.12.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’Organisation Mondiale de la Santé rejette le traitement contre la Covid-19 à partir de plasma sanguin d'anciens malades.
  • Le traitement par plasma n’a pas fait ses preuves et doit être évité contre les formes légères ou graves de la maladie.

Transfuser des personnes atteintes de Covid-19 avec du sang de patients qui en sont guéris afin de leur transmettre les anticorps pour combattre le virus après une infection. C’est l’une des pistes qui a été étudiée pour traiter le coronavirus au début de la pandémie. Plusieurs études ont été menées pour déterminer l’efficacité de ce traitement jugé prometteur. Mais ce 6 décembre, des experts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) se sont prononcés contre l'utilisation de ces traitements à partir de plasma sanguin d'anciens malades.

Le traitement par plasma est inefficace 

"Malgré ses promesses initiales, les données actuelles montrent qu'il n'améliore pas la survie et ne réduit pas la nécessité d'un respirateur artificiel, et qu'il est coûteux et long à administrer", ont indiqué les experts dans un avis publié dans le British Medical Journal. L’OMS a précisé que le traitement par plasma était contre-indiqué pour les formes légères et graves du coronavirus.

Cette recommandation s’appuie sur les résultats de 16 études réalisées auprès de 16.236 patients atteints d'une infection légère, grave ou sévère à la Covid-19. Les experts ont analysé toutes les données disponibles pour évaluer les bénéfices et les risques de ce traitement.

Au-delà de l’inefficacité du traitement par plasma, "ils ont également noté plusieurs défis pratiques, tels que la nécessité d'identifier et de tester les donneurs potentiels, ainsi que de collecter, stocker et administrer le plasma du donneur, ce qui, selon eux, limite davantage sa faisabilité et son applicabilité", peut-on lire dans le communiqué.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES