• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Oncologie

Cancer du sein métastatique : « le séquençage génomique devrait être intégré à la prise en charge »

"Le séquençage tumoral devrait faire partie du parcours de soins", estime le Pr Fabrice André, directeur de recherche à l'institut Gustave Roussy, suite à la parution d’une nouvelle étude sur le sujet.

Cancer du sein métastatique : « le séquençage génomique devrait être intégré à la prise en charge » spukkato / istock.


  • Publié le 15.12.2021 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En génétique, le séquençage concerne la détermination de la séquence des gènes voire des chromosomes ou du génome complet, ce qui techniquement revient à effectuer le séquençage de l'ADN constituant ces gènes ou ces chromosomes.
  • Dans le cas spécifique du cancer, la génomique est l'étude des caractéristiques génétiques d’une tumeur.

Donner un traitement basé sur le profil génomique tumoral aux patientes et patients atteints d’un cancer du sein métastatique est plus efficace que la chimiothérapie à une condition : que le traitement soit choisi grâce à des outils d’aide à la décision validés. C’est ce que démontre l’essai SAFIR 02 Breast, dont les résultats ont été présentés le 07 décembre par le Pr Fabrice André lors du San Antonio Breast Cancer Symposium.

La survie de 1 462 personnes étudiée

"Le séquençage génétique tumoral est de plus en plus effectué mais il n’existait pas encore de preuve formelle de son bénéfice, ni de cadre pour cibler une mutation ou une altération trouvée chez des personnes atteintes d’un cancer du sein métastatique par un traitement. L’étude SAFIR 02 Breast a comparé la survie sans progression de la maladie, chez des femmes et hommes traités par une thérapie ciblée administrée en fonction des altérations génomiques de la tumeur par rapport à une chimiothérapie d’entretien*", explique le Pr Fabrice André, directeur de la recherche de Gustave Roussy.

Conçue avec la Fondation ARC, Gustave Roussy et Unicancer, SAFIR 02 Breast est une étude française randomisée et multicentrique qui a établi le profil génétique de la tumeur de 1 462 personnes atteintes d’un cancer du sein métastatique. Après stabilisation ou réduction de la maladie par une chimiothérapie, les 238 patientes et patients qui présentaient une anomalie génétique tumorale pouvant être traitée par un médicament ciblé ont été répartis de façon aléatoire en deux groupes : les deux-tiers (157) ont reçu une thérapie ciblée parmi les 9 proposées dans l’étude (guidée par la génomique) l’autre tiers (81) la chimiothérapie d’entretien.

Un outil d’aide à la décision thérapeutique

Avant de poursuivre cet article, rappelons que l’ESMO (European Society for Medical Oncology) a récemment publié la classification ESCAT (ESMO Scale for Clinical Actionability of molecular Targets) afin de doter les cliniciens d’un outil d’aide à la décision thérapeutique. Cette classification hiérarchise par pathologie les altérations génomiques qui peuvent être la cible d’un médicament en fonction de la probabilité de leur efficacité et selon 10 niveaux de preuve (I/II/III...).

Utilisant cet outil de classification dans l’étude SAFIR 02 Breast, les chercheurs français ont réparti les 238 sujets en deux sous-groupes afin d’analyser les résultats : ceux présentant une altération génomique classée ESCAT I-II et ceux présentant une altération ESCAT égale ou supérieure à III.

Chez les 115 personnes présentant une altération génomique ESCAT I-II, la médiane de survie sans progression de la maladie était significativement augmentée dans le groupe recevant une thérapie ciblée (9,1 mois) par rapport à la chimiothérapie (2,8 mois). En revanche, dans le groupe des 123 personnes présentant une altération génomique ESCAT supérieure à III, il n'y avait pas de différence significative sur la survie sans progression de la maladie entre celles ayant reçu une thérapie ciblée et celles traitées par chimiothérapie. "Ces résultats mettent en évidence que la classification ESCAT est hautement prédictive du bénéfice que peut apporter une thérapie ciblée", estime l’Institut Gustave Roussy.

De nouvelles mutations découvertes

"SAFIR 02 Breast montre que l'analyse génomique améliore la prise en charge des patientes et patients atteints d'un cancer du sein métastatique s’ils présentent des altérations classées ESCAT I et II. Ces résultats suggèrent que le séquençage tumoral devrait faire partie du parcours de soins, mais qu’il n'a pas d’impact si les résultats ne sont pas interprétés à l'aide d'un outil validé", commente le Pr André.

De plus, lors de cette étude, le séquençage génomique tumoral a permis de découvrir de nouvelles mutations ou altérations associées à l’évolution d’un cancer du sein métastatique, au mauvais pronostic et à la résistance ou à la sensibilité aux médicaments. Ainsi, 21 nouvelles amplifications ou délétions de gènes ont été découvertes. "La principale limite de cette étude est le nombre restreint de thérapies ciblées mises à disposition et correspondant aux altérations génomiques identifiées", conclut l’institut Gustave Roussy.

*La chimiothérapie d'entretien fait référence à la chimiothérapie administrée aux malades en phase de rémission.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES