• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Feuilleton médiatique

Tout comprendre à l’affaire Novak Djokovic

Venu début janvier à Melbourne pour disputer l’Open d’Australie, le n°1 mondial Novak Djokovic s’est empêtré dans une tempête judiciaire et médiatique après l’annulation, à deux reprises, de son visa pour raison sanitaire. Résumé de l’affaire qui secoue le monde du tennis.

Tout comprendre à l’affaire Novak Djokovic ymgerman/iStock


  • Publié le 14.01.2022 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Novak Djokovic est actuellement à Melbourne pour disputer l'Open d'Australie mais pourrait être expulsé du territoire. 
  • Les autorités australiennes lui reprochent d'avoir menti sur son exemption d'obligation vaccinale. 
  • Son visa a été annulé deux fois. Il vient de bénéficier d'un nouveau sursis lors d'une audience ce vendredi 14 janvier.

C’est un feuilleton à rebondissements qui tient en haleine la planète entière. Celui du Serbe Novak Djokovic face aux autorités australiennes, bien décidées à ne pas le laisser entrer sur le territoire pour disputer l’Open d’Australie suite aux révélations sur son état vaccinal.

Un statut vaccinal incertain

Les prémices de la crise actuelle remontent à novembre dernier, lorsque Craig Tiley, directeur de l'Open d'Australie, a indiqué que tous les participants à ce premier tournoi du Grand Chelem de 2022 devaient être vaccinés.

Novak Djokovic, qui s’était publiquement exprimé contre l’obligation vaccinale, a pendant plusieurs semaines laissé planer le doute sur sa participation à l’Open d’Australie en ne communiquant pas son statut vaccinal. Le joueur finit par annoncer le 4 janvier sa venue à Melbourne sur les réseaux sociaux en évoquant une autorisation d’exemption à la vaccination. Il campe alors, tout sourire, sur le tarmac de l’aéroport

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Novak Djokovic (@djokernole)

Mais le doute demeure. Le joueur remplit-il bien les conditions pour bénéficier d’une dérogation à l’obligation vaccinale ? Parmi les cas possibles, se trouvent notamment une contamination à la Covid-19 dans les six derniers mois, des effets secondaires à une première dose ou encore un problème de santé important récent. De son côté, la direction de l’Open d’Australie assure avoir procédé à un "examen rigoureux impliquant deux panels indépendants d’experts médicaux", qui a conclu à une autorisation du joueur à rentrer sur le territoire australien.

Pas de justification de son exemption à la vaccination ?

Mais le 5 janvier, changement de ton de la part des autorités australiennes. Arrivé à l’aéroport de Melbourne, Novak Djokovic reste bloqué à la douane pour un problème de visa car ses équipes n’auraient pas fait la bonne demande de justification de son exemption.

Le ministre australien de la santé Greg Hunt réagit lui aussi en déclarant que le joueur serbe s’est vu retirer son visa et sera donc expulsé. Craig Tiley, de son côté, lâche le joueur en déclarant dans les médias qu’il "serait certainement utile que Novak explique les conditions dans lesquelles il a demandé et obtenu une exemption". "Je l'encourage à parler de cela à la communauté. Nous avons traversé une période très difficile au cours des deux dernières années et j'apprécierais certaines réponses", ajoute-t-il.

Son visa annulé à deux reprises

Mais Novak Djokovic décide de faire appel de cette décision dès le 6 janvier. En attendant l’audience d’appel, repoussée, le tennisman est autorisé à séjourner en Australie. Son équipe planche alors sur sa défense et apporte comme preuve du bien-fondé de l’exemption une récente infection à la Covid-19. "La date du premier test Covid PCR positif a été enregistrée le 16 décembre 2021", affirment les avocats de Djokovic dans un document déposé au tribunal fédéral. Le 10 janvier, le n°1 mondial obtient finalement gain de cause lorsque le juge Anthony Kelly ordonne sa libération immédiate.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Novak Djokovic (@djokernole)

Mais les péripéties ne sont pas terminées pour le joueur. Ce vendredi 14 janvier, le ministre de l'Immigration Alex Hawke a une nouvelle fois annulé le visa de Novak Djokovic "pour des raisons de santé et de bon ordre, au motif qu’il était dans l’intérêt public de le faire". "Les Australiens ont fait de nombreux sacrifices pendant cette pandémie, et souhaitent à juste titre que le résultat de ces sacrifices soit protégés", a ajouté le Premier ministre Scott Morrisson.

Une audience a été accordée en urgence au joueur de tennis par la justice australienne, qui a accepté de surseoir à son expulsion. Cela signifie que sauf nouveau rebondissement, Novak Djokovic peut séjourner dans le pays et pourrait bien disputer son match à l’Open d’Australie ce lundi.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES