• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

États-Unis

Diverticulite : de nouvelles indications dans sa prise en charge

Aux États-Unis, un groupement de scientifiques plaide pour des changements dans le diagnostic, mais aussi dans le traitement de la diverticulite. 

 Diverticulite : de nouvelles indications dans sa prise en charge Tharakorn/istock


  • Publié le 18.01.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La gravité de la diverticulite est définie selon l’échelle de Hinchey.
  • Il existe certains facteurs de risque, comme l’âge, le régime alimentaire ou le mode de vie.
  • Dans la plupart des cas, un épisode de diverticulite n’est pas suivi de récidive.

Des maux de ventre, des nausées ou encore de la fièvre : ces symptômes sont ceux de la diverticulite, un trouble digestif qui touche le côlon pelvien. Elle est provoquée par une inflammation des petites hernies présentes sur la muqueuse du côlon, que l’on appelle diverticules. Il y a plusieurs niveaux de gravité, et de prise en charge. Aux États-Unis, des scientifiques appellent à une évolution des méthodes de diagnostic et de traitement. Ils publient ces recommandations dans Annals of Internal Medicine.

Un traitement à adapter selon la gravité

Ces membres de l’American College of Physicians formulent des avis différents selon le type de diverticulite. Dans les cas aigus, ils conseillent d’effectuer un scanner en cas de doute au diagnostic. S’il est confirmé, la prise en charge doit être effectuée en ambulatoire, c’est-à-dire sans excéder 12 h à l’hôpital. Ces spécialistes recommandent également de ne pas utiliser d’antibiotiques. Dans les cas d’épisodes récurrents de diverticulite, ils suggèrent de faire une côloscopie. Dans ces cas, un traitement est parfois utilisé pour traiter ces patients : la mésalamine, les auteurs se prononcent contre sa prescription. En revanche, ils estiment que la chirurgie peut être envisagée pour prévenir les récidives. Ils rappellent que "la décision de subir ou non une intervention chirurgicale est individuelle" et doit être prise après "une discussion sur les avantages potentiels, les inconvénients, et les préférences du patient". Pour les auteurs de ces recommandations, il est important de faire évoluer le diagnostic et la prise en charge car "la diverticulite est de plus en plus fréquente parmi les patients accueillis en médecine interne". 

Quelles recommandations en France ? 

Parmi ces recommandations, certaines sont déjà appliquées en France. En 2018, la Haute autorité de santé a publié un document synthétisant les dernières règles de prise en charge de ce trouble. "Depuis 2006, la littérature mondiale sur la diverticulite colique s’est considérablement enrichie, indique la HAS. Plus de 200 publications ont été rassemblées sur ce sujet avec beaucoup de nouvelles données, concernant, notamment, la chirurgie prophylactique." Ainsi, l’utilisation des antibiotiques doit être proscrite dans les cas de diverticulite sans gravité. La HAS conseille plutôt "un traitement uniquement symptomatique en l’absence de signe de gravité ou de comorbidité significative". Dans la majeure partie des cas, ces troubles se résorbent avec un traitement adapté. Selon la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie, la diverticulite n'est à l'origine de complications que chez un quart des patients.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES