• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Des voix dans la nuit

Bruits inconnus durant le sommeil : notre cerveau reste vigilant même quand nous dormons !

Lorsque nous entendons des voix inconnues en pleine nuit, cela stimule notre activité cérébrale. 

Bruits inconnus durant le sommeil : notre cerveau reste vigilant même quand nous dormons ! Natali_Mis/ISTOCK


  • Publié le 19.01.2022 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Nos nuit sont rythmées par trois phases : le sommeil lent léger, le sommeil lent profond et le sommeil paradoxal.
  • Ces trois phases forment un cycle de sommeil, d'une durée d'environ 90 minutes.
  • Durant chacune d'elles, le cerveau reste actif.

Notre cerveau ne dort jamais. La nuit, il fait le tri de toutes les informations reçues pendant la journée, certains neurones s’activent pour nous plonger dans des phases de sommeil spécifiques. Ainsi, il agit comme une tour de contrôle, dont l’activité ne cesse jamais, et qui serait capable de nous alerter de tout signal anormal. C’est ce qu’expliquent des chercheurs dans JNeurosci. Durant notre sommeil, l’activité cérébrale s’intensifie en cas de bruit inconnu. 

Des modifications de l’activité cérébrale 

Ces scientifiques de l'Université de Salzbourg, en Allemagne, ont mesuré l'activité cérébrale de 17 adultes endormis. L’étude s’est déroulé sur deux jours : la première nuit avait pour objectif de mettre les participants à l’aise, et l’expérience a démarré lors de la seconde. Pendant leur sommeil, les scientifiques ont diffusé des enregistrements de voix connues et inconnues, qui prononçaient leur nom et des prénoms inconnus. Le niveau sonore était suffisamment faible pour que cela ne les réveille pas. Les voix inconnues ont suscité plus de complexes K, un type d'onde cérébrale lié aux perturbations sensorielles pendant le sommeil, par rapport aux voix familières. Ces dernières peuvent aussi générer des complexes K, mais celles déclenchées par des voix inconnues s'accompagnent de changements à grande échelle de l'activité cérébrale.

Une alarme interne

Au fil de la nuit, et à mesure que les extraits étaient diffusés, les réponses cérébrales à la voix inconnue se sont moins souvent produites. En somme, la voix est devenue plus familière, ce qui montre que le cerveau peut encore être capable d'apprendre pendant le sommeil. Selon les auteurs, ces résultats prouvent que les complexes K permettent au cerveau d'entrer dans un "mode de traitement sentinelle", où le cerveau reste endormi mais conserve la capacité de répondre aux stimuli. L’organe continue d'effectuer ces tâches internes, mais en parallèle, il est capable de réagir en cas d’informations nouvelles. "Des voix inconnues ne devraient pas nous parler la nuit, explique Manuel Schabus, l’un des auteurs de cette recherche. Cela déclenche une alarme dans le cerveau." Il ajoute que ce processus pourrait expliquer pourquoi nous avons parfois du mal à dormir dans des environnements nouveaux, comme des chambres d’hôtel. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES