• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Réactions physiques

Comment réagissons-nous au danger ? L'expérience de la maison hantée

L’humain extérioriserait davantage sa peur s’il est entouré de ses amis que s’il est seul. La réaction serait aussi plus importante si la peur survient de manière inattendue. Explications.

Comment réagissons-nous au danger ? L'expérience de la maison hantée Deagreez/istock


  • Publié le 23.01.2022 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les précédentes études sur la peur ne comprenaient généralement qu’un individu ou deux amis au maximum.
  • Cette nouvelle expérience est donc la première à étudier les réactions au sein d’un groupe.

La peur est un sentiment d'angoisse éprouvé en présence ou à la pensée d'un danger - réel ou supposé - ou d'une menace, selon la définition du Larousse. Comme tous les sentiments, celui-ci est subjectif. D’un individu à l’autre les situations qui effraient ne sont donc pas toujours les mêmes… Mais il y a aussi des similitudes, des choses qui font peur à tout le monde

Plusieurs facteurs influencent les réactions du corps à la peur

Côté réaction à la peur, les humains se ressemblent aussi. Les manifestations physiques de la crainte sont souvent les mêmes : transpiration, augmentation du rythme cardiaque, pupilles dilatées, etc. Mais, selon une étude publiée dans la revue Psychological Science, ces réponses du corps à la peur seraient différentes en fonction du contexte social ainsi que d'autres facteurs.

Une expérience dans une maison hantée…

Pour analyser ces manifestations physiques de la peur, les scientifiques ont mené une expérience assez originale : les participants devaient suivre un parcours dans une maison hantée ! Évidemment, ils savaient que le lieu était sécurisé et qu'il ne leur arriverait rien de grave, mais ils étaient tout de même confrontés à des situations effrayantes et auxquelles ils ne s’attendaient pas toujours comme des coups de feu ou la menace d’être étouffé. Ainsi, les 150 participants ont visité la maison hantée par petits groupes. Le parcours durait environ trente minutes et l’édifice comprenait 17 pièces. Pour analyser les réactions à la peur, les visiteurs portaient un bracelet de surveillance physiologique.

…pour analyser les différents facteurs de la peur

Le but des scientifiques était d’analyser l’influence de trois principaux facteurs sur les réactions du corps à la peur : le contexte social (c’est-à-dire la présence d’amis), les caractéristiques des menaces (si elles étaient attendues) et les émotions (si les individus ont eu peur). "Il y a beaucoup de facteurs qui influencent la façon dont les corps humains réagissent à la menace, explique Sarah M. Tashjian, autrice principale de l'étude. Nous avons constaté qu’il y avait une contagion émotionnelle de la peur liée à la présence d’amis, et que la prévisibilité des menaces et les sentiments subjectifs de peur influençaient la façon dont le corps préparait sa réponse."

Une plus grande manifestation physique de la peur avec ses amis

Ainsi, les chercheurs ont découvert que plus les participants étaient entourés d'amis avec eux lors de leur parcours dans la maison hantée, plus leur réaction physique était élevée. "Nous avons interprété cela comme reflétant la contagion de la peur : si vos amis sont là, votre corps capte leurs signaux et a un niveau d'excitation plus élevé même en l'absence de peurs ou de surprises spécifiques”, développe Sarah M. Tashjian. D’autre part, les participants ont eu, en moyenne, des pics de réactions quand l’élément effrayant était inattendu ou qu’il jouait sur leurs peurs subjectives, c’est-à-dire les choses que les participants avaient préalablement renseignées aux scientifiques comme leur faisant peur. "Si votre corps est plus sensible à l'événement menaçant, vous ressentez aussi psychologiquement plus de peur", conclut la chercheuse.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES