• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

PMA

Fertilité : perdre du poids avant un traitement n’augmente pas les chances de conception chez les femmes obèses

Si les professionnels de santé encouragent souvent les femmes obèses à perdre du poids avant d’entamer un traitement contre l’infertilité, cela n’augmenterait en réalité pas leurs chances d’avoir un enfant.

Fertilité : perdre du poids avant un traitement n’augmente pas les chances de conception chez les femmes obèses FotoDuets/iStock


  • Publié le 25.01.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Pour améliorer la fertilité des personnes obèses ou en surpoids, il leur est souvent recommandé de perdre entre 5 et 10 % de leur masse corporelle afin de maximiser leurs chances de réussite en cas de parcours par procréation médicalement assistée (PMA).

Pourtant, cette perte de poids n’aurait que peu d’effets sur leurs chances d’avoir un enfant en bonne santé. C’est ce que révèle une étude nationale menée par le Penn State College of Medicine. Publiée dans PLOS Medicine, elle révèle que les femmes obèses et souffrant d'infertilité inexpliquée et qui ont perdu du poids avant de commencer un traitement contre l'infertilité n'ont pas plus de chances de concevoir que celles qui n'ont pas perdu de poids avant de commencer le traitement

Un suivi de 300 femmes pendant 16 semaines

Dirigée par le National Institutes of Health, cette étude a été menée auprès de plus de 300 femmes souffrant d’obésité et d’infertilité inexpliquée afin d'évaluer si une perte de poids ciblée avant les traitements de fertilité pouvait augmenter leurs chances de donner naissance à un bébé en bonne santé. Les participantes devaient avoir un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 30 kg/m2 avec une ovulation régulière et au moins un an d'infertilité inexpliquée.

Dans un premier groupe, les femmes ont suivi pendant 16 semaines un protocole d'augmentation de l'activité physique et de perte de poids ciblée par le biais de substituts de repas et de médicaments. Dans le second groupe, les femmes ont simplement augmenté leur activité physique sans perte de poids guidée. Toutes ont ensuite entamé trois cycles de traitement de l'infertilité consistant en une stimulation ovarienne et une insémination intra-utérine.

Si à la fin de la période d’étude, les membres du premier groupe ont perdu en moyenne 7 % de leur poids corporel contrairement aux autres participantes, les chercheurs n’ont en revanche constaté aucune différence significative entre les deux groupes en ce qui concerne le nombre de grossesses et de naissances en bonne santé.

Pas de preuve qu’une perte de poids augmente les chances de concevoir

Selon les chercheurs, les résultats s'ajoutent à un ensemble croissant de preuves selon lesquelles les naissances en bonne santé ne sont pas plus susceptibles de se produire chez les femmes obèses qui perdent du poids avant de commencer un traitement contre l'infertilité que chez celles qui n'ont pas perdu de poids avant la conception.

"Bien que cela diffère des normes de soins cliniques actuelles, il n'y a tout simplement pas assez de preuves pour recommander une perte de poids avant la conception chez les femmes souffrant d'obésité et d'infertilité inexpliquée", estime le Dr Richard Legro, qui a dirigé l’étude.

Bien que cela n'augmente pas les chances d'une femme obèse d'accoucher d'un bébé en bonne santé, les chercheurs ont noté que la perte de poids peut néanmoins avoir d'autres avantages pour la santé de ces femmes, comme une diminution de leur tension artérielle.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES