• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Hôpital

Urgences : un temps d’attente trop long augmente le risque de décès

Patienter plus de 5 heures avant d’être admis aux urgences peut porter préjudice à la santé des patients.

Urgences : un temps d’attente trop long augmente le risque de décès Pixavril/iStock


  • Publié le 25.01.2022 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les patients qui attendent plus de 5 heures aux urgences avant d’y être admis sont plus susceptibles de mourir dans les 30 jours suivant la visite à l’hôpital.
  • Depuis le 1er janvier 2022, chaque patient non-hospitalisé après un passage aux urgences doit payer un montant de 19,61 euros.

Brûlure, entorse, difficultés respiratoires, violents maux de tête… Ces différents motifs peuvent amener une personne à se rendre aux urgences. Une fois arrivé à l’hôpital, il arrive souvent que le malade doive prendre son mal en patience car les temps d’attente à compter de son heure d’arrivée peuvent être très longs. Selon une étude publiée dans la revue Emergency Medicine Journal le 18 janvier, les patients qui attendent plus de 5 heures avant d’être admis dans le service hospitalier ont plus de risque de mourir dans les 30 jours suivant le déplacement aux urgences.

Pour les besoins de ces travaux, les chercheurs britanniques se sont appuyés sur les données du Bureau des statistiques nationales du Royaume‑Uni et de l’Hospital Episode Statistics (HES). Ces dernières portaient sur les patients ayant été admis aux urgences en Angleterre entre avril 2016 et mars 2018. Les scientifiques ont comparé les décès enregistrés, toutes causes confondues, dans les 30 jours suivant l'admission et ont pris en compte plusieurs facteurs (sexe, âge, heure de la journée, encombrement du service au moment de la visite).

Un risque élevé de décès après un temps d’attente de plus de 5 heures

D’après les résultats, 26.738.514 patients se sont rendus aux urgences durant l’étude, dont 5.249.891 ont été admis dans le service hospitalier. Au total, 433.962 décès ont été recensés dans les 30 jours qui ont suivi les hospitalisations. "Une augmentation significative de la mortalité a été constatée à partir de 5 heures d’attente après l'heure d'arrivée aux urgences", peut-on lire dans les travaux. Les chercheurs ont constaté que le taux de mortalité avait augmenté de 8 % pour les personnes ayant attendu plus de 6 à 8 heures aux urgences.

"Entre 5 et 12 heures d’attente, les retards entraînent un effet dose-dépendante (par exemple la prescription d'antalgiques pour soulager la douleur) prévisible. Pour 82 patients admis dont le transfert vers un lit d'hôpital est retardé de plus de 6 à 8 heures par rapport à l'heure d'arrivée aux urgences, il y a un risque élevé de décès", ont précisé les auteurs de l’étude.

Les scientifiques ont suggéré que les longues heures d’attente retardaient la prise en charge des malades et augmentaient la durée de l’hospitalisation. Selon eux, les patients ayant patienté pendant longtemps avant d’être admis aux urgences sont plus susceptibles de contracter une infection nosocomiale. "Cette étude confirme que les décideurs en matière de soins devraient continuer à exiger une admission rapide aux urgences afin de protéger les patients contre les préjudices associés à l'hôpital", ont conclu les scientifiques.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES