Publicité

QUESTION D'ACTU

#SmearForSmear

Les réseaux sociaux s'activent contre le cancer du col de l'utérus

Le Royaume-Uni invite les réseaux sociaux à participer à la prévention du cancer du col de l’utérus. #SmearForSmear, le défi qui consiste à étaler son maquillage, rencontre un grand succès.

Les réseaux sociaux s'activent contre le cancer du col de l'utérus Capture d'écran Twitter

  • Publié 31.01.2015 à 15h42
  • |
  • |
  • |
  • |


Le maquillage raté n’est pas la dernière mode sur les réseaux sociaux. Depuis quelques jours, personnes célèbres et inconnues arborent un rouge à lèvres qui déborde largement. Elles participent au dernier défi, lancé à l’occasion de la Semaine de prévention et de dépistage du cancer du col de l’utérus. #SmearForSmear, c’est son nom, veut inciter les jeunes femmes à réaliser régulièrement un frottis de dépistage.

 

Une large participation

La campagne #SmearForSmear fonctionne comme les défis qui l’ont précédé (Ice Bucket Challenge, Neknomination…). Lancée par l’association britannique Jo’s Cervical Cancer Trust, elle fait participer la planète à la prévention du cancer du col de l’utérus. Le principe est simple : faire dépasser son rouge à lèvres, se prendre en photo, partager sur les réseaux sociaux et nominer trois personnes. Hommes, femmes et entreprises s’y sont prêtés de bon cœur.

 

 

 

Cervical Cancer Campaign #smearforsmear @JoTrust I nominate @sukiwaterhouse @caradelevingne @jasminebydesign

Une photo publiée par Georgia May Jagger (@georgiamayjagger) le

 

 

Des frottis pas assez réguliers

Derrière l’aspect frivole de #SmearForSmear, se cache une réelle préoccupation. Au Royaume-Uni, une jeune femme (25-29 ans) sur trois ne réalise pas de frottis dans le cadre du programme national. « Nous voyons chaque jour l’impact dévastateur qu’un diagnostic de cancer du col de l’utérus peut avoir sur une femme et ceux qu’elle aime. Il est tragique de savoir que, pour celles qui repoussent leur frottis, cela aurait pu être évité », déplore Robert Music, président de Jo’s Cervical Cancer Trust.

 

La France a adopté une campagne moins originale, mais tout aussi ciblée. Elle insiste sur l’importance de réaliser un frottis tous les trois ans dès 25 ans jusqu’à 65 ans. Cette régularité permettrait d’éviter 90 % des cas, selon l’Institut national du Cancer (INCa). En effet, l’examen permet de détecter les lésions précancéreuses. Il est donc possible de les retirer avant qu’une tumeur ne se forme. Mais 40 % des Françaises ne se font pas dépister assez régulièrement.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité