• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

La somnolence, première cause de mortalité sur l'autoroute


  • Publié le 22.04.2013 à 08h03
  • |
  • |
  • |
  • |


Le phénomène est presque naturel : lorsque le chauffeur s’endort, la voiture ou le camion se couche. Le scénario est classique. Le conducteur ressent des picotements, bâille puis ferme les yeux. Il croit qu’il peut surmonter cette fatigue mais c’est en heurtant les glissières de sécurité qu’il se réveille. Ou pas.
Dans un rapport présenté aujourd’hui, l’association 40 millions d’automobilistes estime que plus de 800 morts seraient liées à la somnolence, soit un quart des tués sur l'autoroute. « C’est même la première cause de mortalité sur la route, confie au journal le Parisien, Pierre Chasseray, le délégué général de l’association. Ces moments d’absence au volant provoquent chaque année 90 000 accidents de la route et 1,5 million de conducteurs somnolent sur l’autoroute.

En juin 2010, rappelle le quotidien, un reporter bardé d’électrodes a fait le trajet Paris-Nice pour mesurer ce phénomène. Au total, il a dormi onze minutes en huit fois sans s’en apercevoir avec des périodes de somnolence variant de trente secondes à deux minutes trente.

« Pourquoi ne pas installer des glissières centrales sur les routes nationales comme ils le font sur certains axes en Allemagne, ou généraliser les marquages d'alerte sonore au sol afin de prévenir les sorties de route ? » demande l'association. Des constructeurs proposent même des détecteurs de somnolence mais sur des modèles haut de gamme. Pour tous les autres, c’est souvent l’accident qui fait prendre conscience du danger. Le risque est multiplié par huit, et pourtant, la sécurité routière estime qu’un conducteur sur deux prend la route avec un déficit de sommeil.


Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité